Ecoutez Radio Sputnik
    Khalifa Haftar

    Selon le commandant en chef libyen Khalifa Haftar, le Qatar finance Al-Qaïda

    © AFP 2019 Khalil Mazraawi
    International
    URL courte
    6201
    S'abonner

    La Libye accuse les autorités qataries d’apporter leur soutien aux groupes terroristes. Selon le commandant en chef de l’Armée nationale libyenne, le Qatar leur a notamment fourni de l’argent.

    Khalifa Haftar, commandant en chef de l'Armée nationale libyenne, a accusé les autorités qataries de soutenir des groupes terroristes, indique Sky News Arabia.

    Selon le communiqué du général, « l'armée libyenne enregistre le séjour de citoyens du Tchad, du Soudan et d'autres pays africains et arabes, qui ont pénétré dans le territoire de la Libye du fait de la perte de contrôle des frontières ».

    « Ils ont reçu de l'argent du Qatar et d'autres pays et d'éléments terroristes (…) liés à l'organisation terroriste », souligne Khalifa Haftar.

    La déclaration du commandant en chef de l'Armée nationale libyenne fait suite à l'aggravation des relations entre le Qatar et un nombre des pays du Golfe, comme l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

    Ces derniers jours, les médias desdits pays mènent activement une campagne informationnelle, accusant les autorités qataries de financer le terrorisme et d'héberger des djihadistes.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Attaque contre les Coptes: l'Égypte poursuit ses raids en Libye
    Des affrontements entre groupes rivaux font 28 morts et plus de 120 blessés en Libye
    Lavrov et Le Drian parlent Libye, Irak et Ukraine
    Tags:
    financement, terrorisme, Al-Qaïda, Khalifa Haftar, Qatar, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik