International
URL courte
876
S'abonner

Dans les premières heures qui ont suivi l'annonce de l'embargo saoudien et émirati, une partie de la population qatarie a été prise d’un vent de panique, a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed bin Abdulrahman Al Thani. Le diplomate a immédiatement ajouté que le calme était déjà revenu dans le pays.

Dans une interview à la chaîne de télévision Rossiya 24, le chef de la diplomatie qatarienne, Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, a déclaré que l'embargo introduit n'avait pas de conséquences sérieuses pour le peuple qatari. Il a ajouté que la situation dans le pays était désormais sous contrôle, bien que durant les premières heures qui ont suivi la cessation des approvisionnements alimentaires par deux de leurs voisins, beaucoup de photos d'étagères de supermarchés qataris vides aient fait leur apparition sur Internet.

Il a également ajouté que l'embargo avait été introduit tôt le matin et que les habitants de son pays ne s'y attendaient pas. Le diplomate a expliqué qu'il ne s'agissait que d'un vent de panique assez classique dans une telle situation. Pour illustrer la soudaineté des mesures imposées contre le Qatar, M. Al Tani a également noté que deux jours avant l'introduction de ces mesures, le Conseil de coopération du Golfe avait tenu une session à Riyad au cours de laquelle aucun autre pays arabe n'avait critiqué le Qatar.

Selon lui, l'Émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al Thani, a aussitôt introduit des mesures de sécurité pour que le pays puisse parer à toute éventualité. Il a souligné que la vie poursuivait son cours sans changements importants.

« Que ceux qui ont envoyé des photos de frigos vides envoient désormais des photos de réfrigérateurs pleins » — a suggéré le diplomate.

Auparavant, Mohammed bin Abdulrahman Al Thani a déclaré que l'Iran et la Russie avaient offert une aide alimentaire au Qatar, mais que le pays n'en avait actuellement pas besoin.

Lundi 5 juin, l'Arabie saoudite, Bahreïn, l'Égypte et les Émirats arabes unis ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Les quatre pays ont accusé Doha de « déstabiliser la situation en matière de sécurité » et de « soutenir le terrorisme » au Proche-Orient. Les autorités de la Libye, du Yémen, des Maldives, de la Mauritanie, de Maurice et des Comores leur ont emboîté le pas en annonçant qu'elles rompaient leurs relations avec le Qatar. Djibouti a abaissé le niveau des relations diplomatiques avec le Qatar et le Sénégal a rappelé son ambassadeur à Doha.

Lire aussi:

Le Qatar ne tourne pas le dos aux citoyens des pays ayant rompu avec lui
Washington et Ankara échangent sur la Syrie et le Qatar
Les pays du Golfe pris par la situation autour du Qatar, la guerre en Syrie stoppée
Qatar: Berlin voit des prémisses de guerre dans le Golfe
La base turque au Qatar «protège l'ensemble du Golfe persique»
Le Qatar veut maintenir des «relations positives» avec l'Iran
Tags:
situation, normalisation, panique, produits alimentaires, embargo, crise, Mohammed bin Abdul Rahman al Thani, Doha, Qatar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik