International
URL courte
13260
S'abonner

Alors que les Ukrainiens fêtent ce dimanche l’entrée en vigueur du régime sans visa avec l’UE, les gardes-frontières polonais semblent les laisser passer à contrecœur. Le politologue russe Dmitri Abzalov a supposé que Varsovie pourrait être la première à restreindre l’entrée sur son territoire aux Ukrainiens.

Depuis dimanche, les Ukrainiens ont désormais la possibilité d'entrer sur le territoire de l'Union européenne sans avoir besoin de passer par le consulat pour déposer une demande de visa. Cependant, cette situation pourrait changer dans un avenir proche car les gardes-frontières polonais, préoccupés par le flux de touristes, semblent les laisser passer à contrecœur. Le politologue russe Dmitri Abzalov, président du Centre des communications stratégiques, commente cette situation pour RT.

« Compte tenu des modes de consommation en Ukraine, il est évident que les gens n'ont pas beaucoup d'argent c'est pourquoi ils n'iront pas en Europe pour les vacances. On pourrait donc plutôt parler de migration de travail. Cela signifie que la personne va venir pour trois mois, travailler au noir et, par exemple, demander un asile politique. Il sera très difficile de le refuser. Dans ce cas-là, la Pologne pourrait devenir l'opposant principal à l'intégration de l'Ukraine dans les secteurs de l'économie et du travail de l'Union européenne », a expliqué à RT M. Abzarov.

Par ailleurs, l'expert a signalé que la Pologne avait déjà assez souffert de l'arrivée de migrants en provenance d'Ukraine qui ont notamment suscité l'indignation des nationalistes du pays.

« La situation sur le marché du travail est très compliquée en Ukraine, tandis que les retraites commencent à diminuer et que les loyers augmentent. La seule solution serait d'aller chercher du travail ailleurs. Je vous rappelle que parmi tous les pays européens, la Pologne est celui qui a accueilli le plus de migrants ukrainiens. Cela peut expliquer les récentes attaques des nationalistes sur les chantiers où travaillent des migrants ukrainiens », a expliqué l'expert, soulignant que la Pologne pourrait donc être le premier pays à proposer de restreindre le régime sans visa avec Kiev.

Le régime sans visa entre l'Ukraine et l'Union européenne est entré en vigueur ce dimanche, le 11 juin. Ainsi, les citoyens ukrainiens peuvent désormais se rendre sans visa dans les pays de la zone Schengen et en Islande, au Lichtenstein, en Norvège et en Suisse pour une durée n'excédant pas 90 jours dans les six mois suivant leur première entrée.

Pour franchir les frontières de l'Union européenne, les Ukrainiens auront besoin d'un passeport biométrique. Il est en outre recommandé d'être muni d'un billet de retour, d'une réservation d'hôtel, d'une invitation, d'une assurance médicale et d'une somme d'argent à raison d'au moins 45 euros par jour et par personne.

Néanmoins, si des « questions sérieuses » liées à la migration ou la sécurité surgissent, le régime sans visas peut être levé.

Lire aussi:

Le Conseil de l’UE adopte l’exemption de visa pour l’Ukraine
L’UE accorde l’exemption de visa pour l’Ukraine, le site de demande de passeport explose
Juncker: l’Ukraine obtiendra le régime sans visa avant l’été
Tags:
migrants, migration, visas, régime sans visas, Union européenne (UE), Pologne, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook