Ecoutez Radio Sputnik
    Donbass

    UNICEF: 750.000 enfants du Donbass pourraient se retrouver sans eau potable

    © AP Photo/ Evgeniy Maloletka
    International
    URL courte
    5362122

    À cause de l’intensification considérable des tirs d’artillerie dans l’est de l’Ukraine, environ 750.000 enfants pourraient être privés d’eau potable.

    Selon Christophe Boulierac, porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), quelque 750.000 enfants risquent de se retrouver sans eau potable en raison de l'escalade des combats dans l'est de l'Ukraine. En outre, l'eau souillée pourrait bien provoquer une résurgence de nombreuses maladies.

    M.Boulierac a déclaré que des combats faisaient rage tout près de systèmes de purification d'eau qui se trouvent dans l'est de l'Ukraine. Le nombre d'enfants et de familles privés d'eau va augmenter.

    D'après le porte-parole, pour le moment, aucun cas de maladie liée à la consommation d'eau souillée n'a été recensé.

    «On vit quotidiennement dans la crainte. Et nos préoccupations sont justifiées», a souligné Christophe Boulierac.

    Le conflit militaire dans le Donbass a commencé au printemps 2014 suite à la tentative des autorités de Kiev de réprimer par la force les contestations dans les régions de Donetsk et de Lougansk. Ces régions de l'est du pays ont proclamé leur indépendance suite au coup d'État de février 2014 en Ukraine. Selon les données actualisées de l'Onu, le conflit a fait environ 10.000 morts.

    Lire aussi:

    101 ballons à la mémoire des enfants du Donbass lâchés dans le ciel lyonnais
    L'Europe rend hommage aux enfants tués dans le Donbass
    Le cessez-le-feu dans le Donbass entrera en vigueur le 1er juin
    Moscou: le blocus du Donbass doit être levé immédiatement
    Renforts arabes: des mercenaires arrivent sur la ligne de contact dans le Donbass
    Tags:
    maladie, enfants, eau potable, combat, tir d'artillerie, Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik