International
URL courte
115
S'abonner

La décision du roi d'Arabie saoudite de remplacer l’ex-prince héritier Mohammed bin Nayef par son fils Mohammed ben Salmane atteste de l’achèvement de la phase de gouvernance «à trois niveaux» et marque le retour au schéma habituel de gouvernance dans ce pays, estime l’ex-ambassadeur russe en Arabie saoudite Andreï Baklanov.

Le vice-président de l'Association des diplomates russes, conseiller du vice-président du Conseil de la Fédération et ex-ambassadeur russe en Arabie saoudite Andreï Baklanov, estime que le remplacement du prince héritier dans ce pays arabe atteste d'un renforcement de la «position d'une partie du pouvoir suprême de l'Arabie saoudite directement liée à la famille royale et au fils du roi». M. Baklanov, cette décision annonce le retour au schéma habituel de la gouvernance en Arabie saoudite, à savoir que le roi désigne son fils comme prince héritier.

D'après M. Baklanov, les autorités saoudiennes se sont retrouvées dans une situation difficile et ont compris que «ce trio (le roi, son fils Mohammed ben Salmane et l'ex-prince héritier Mohammed bin Nayef) semblaient un peu artificiel, et n'était qu'une solution provisoire».

L'expert a fait remarquer que pendant tout ce temps, le roi a délégué une partie de ses pouvoirs à son fils et non au prince héritier. Et d'ajouter que Mohammed ben Salmane poursuivrait la politique énergique qu'il avait engagée alors qu'il n'était encore que le prince héritier en second.

«Durant cette période, Mohammed ben Salmane a entrepris un certain nombre de mesures énergiques, remarquables et significatives dans le domaine économique […], ainsi que sur le plan international, et en termes de visites à l'étranger et de participation à des réunions, y compris avec nos autorités», poursuit M. Baklanov.

Et de conclure:

«Il ne s'agirait donc pas d'un changement de position, mais au contraire d'une consolidation de la politique et des décisions prises par le roi jusque-là».

D'après l'expert, cette consolidation est liée notamment à la recherche d'un modèle optimal de développement économique et financier pour l'Arabie saoudite.

Lire aussi:

L’Arabie saoudite ne donne pas son feu vert à la construction d’une base militaire turque
La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Un septuagénaire gravement blessé après avoir été percuté accidentellement par le GIGN
Tags:
Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook