Ecoutez Radio Sputnik
    Macron dit respecter Vladimir Poutine et est prêt à lui parler avec franchise

    Macron: «Je respecte Vladimir Poutine»

    © Sputnik . Sergei Guneev
    International
    URL courte
    583117
    S'abonner

    Le Président français Emmanuel Macron a déclaré qu'il respectait son homologue russe Vladimir Poutine et qu'il lui avait ouvertement déclaré sa position sur l'Ukraine et la Syrie lors de sa venue à Paris au mois de mai.

    Lors d'une interview accordée à huit quotidiens européens, le Président français Emmanuel Macron n'a pas caché qu'il respectait Vladimir Poutine et s'est dit prêt à négocier ouvertement avec son homologue russe les problèmes ukrainien et syrien, qui ont déjà été abordés lors des récents pourparlers bilatéraux à Paris.

    « Je respecte Vladimir Poutine. Nous avons avec lui un échange de vues constructif. Nous avons des désaccords réels, en particulier sur l'Ukraine, mais il a vu ma position. J'ai eu une longue conversation avec lui en tête-à-tête sur les questions internationales, ainsi que sur la défense des ONG et des libertés dans son pays […]. Voici ma ligne: dire les choses très fermement à mes interlocuteurs, mais les dire, d'abord, face à face. Aujourd'hui, nous avons avec Vladimir Poutine la question de l'Ukraine. Il y a aussi la Syrie», a déclaré le Président de la République, cité par le quotidien espagnol El País.

    Le Président russe Vladimir Poutine a effectué lundi 29 mai une visite en France où il a rencontré pour la première fois son homologue français Emmanuel Macron. Les deux chefs d'État ont évoqué la guerre en Syrie et la lutte contre Daech, le conflit en Ukraine, la situation des homosexuels en Tchétchénie, la campagne électorale française et les droits de l'homme. Suite aux entretiens, M.Poutine a constaté que les désaccords existants n'empêcheraient pas les deux pays d'améliorer leurs relations à l'avenir.

    Tags:
    Emmanuel Macron, Vladimir Poutine, Russie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik