Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Tusk

    Tusk: le «rêve» d'un maintien du Royaume-Uni dans l'UE toujours possible

    © REUTERS / Yves Herman
    International
    URL courte
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)
    5115

    Le Président du Conseil européen Donald Tusk croit toujours que le Royaume-Uni pourrait rester au sein de l’Union européenne.

    Le Royaume-Uni peut demeurer dans l'Europe malgré le début lundi des négociations officielles sur le Brexit, a déclaré jeudi le président du Conseil européen Donald Tusk lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

    «Certains amis britanniques m'ont demandé si le Brexit est réversible et si le Royaume-Uni restera dans l'Union. Je leur ai dit qu'en fait, l'Union européenne a été bâtie sur des rêves qui semblaient impossibles à réaliser, donc qui sait?», a indiqué M.Tusk.

    Le président du Conseil européen a ensuite cité la chanson Imagine de John Lennon: «You may say I'm a dreamer. But I'm not the only one» («Vous pouvez dire que je suis un rêveur, mais je ne suis pas le seul»).

    Londres et Bruxelles ont entamé officiellement les négociations sur le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne,  le 19 juin, soit trois mois après le déclenchement de l'article 50 qui règle la sortie d'un pays de l'UE. Les discussions doivent durer jusqu'au mois de novembre 2018. Ensuite les deux parties auront six mois pour ratifier les ententes au niveau des parlements nationaux. Le Royaume-Uni pourrait sortir de l'UE le 29 mars 2019.

    Selon M.Tusk, les négociations sur le Brexit sont un processus des plus complexes, mais l'Union européenne y est prête.

    Dossier:
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)

    Lire aussi:

    Les Britanniques veulent un nouveau référendum sur le Brexit
    +254% de Britanniques demandent la nationalité française à cause du Brexit
    May rassure Merkel, le Brexit ne sera pas retardé
    Tags:
    Imagine (John Lennon), Union européenne (UE), Donald Tusk, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik