Ecoutez Radio Sputnik
    Salmane ben Abdelaziz Al Saoud

    «Le prince héritier saoudien remplacé à cause des relations avec les USA»

    © AFP 2017 Manan Vatsyayana
    International
    URL courte
    11613

    Dans une interview accordée à Sputnik, l’expert saoudien Muhammed al Masari a commenté la décision du roi Salman de bouleverser l’ordre de succession du royaume saoudien en nommant son fils Mohammed Ben Salman au poste de prince héritier à la place de son cousin germain le prince Mohammed Ben Nayef, ministre de l'Intérieur.

    Les différences dans les affiliations politiques de l'ex-prince héritier Mohammed Ben Nayefn et du roi Salman d'Arabie saoudite ainsi que leurs relations avec les autorités américaines ont été à l'origine du remplacement de ce premier par le jeune fils du roi, Mohammed Ben Salman, a déclaré à Sputnik l'expert saoudien Muhammed al Masari.

    «Cette décision était attendue à cause de la différence des vues politiques exprimées par le roi et l'ancien prince héritier. Mohammed Ben Nayef entretient des liens étroits avec les industriels américains, les militaires et le renseignement, qui le surnomme "le héros de la lutte contre le terrorisme"», a indiqué l'interlocuteur de Sputnik.

    Et de préciser que le roi penchait plutôt pour «l'aile américaine des mondialistes et les sociétés financières».

    D'après Muhammed al Masari, il y a désormais en Arabie saoudite des personnes qui misent sur l'appui de Donald Trump pour mettre en place une nouvelle politique extérieure et intérieure. Pourtant, cela n'est pas sans risques, le Président américain ne bénéficiant pas d'un soutien sans réserve à Washington.

    «Les militaires et les industriels se sont prononcés contre sa décision d'envoyer un navire de guerre pour participer à des manœuvres conjointes avec le Qatar. Donald Trump, qui a donné le feu vert à l'Arabie saoudite pour qu'elle puisse devenir le leader dans la région, est attaqué par les forces politiques américaines», a ajouté Muhammed al Masari.

    Lire aussi:

    L’Arabie saoudite ne donne pas son feu vert à la construction d’une base militaire turque
    Les ÉAU, l’Arabie saoudite et Bahreïn atténuent le blocus aérien contre Doha
    Soutenir le Qatar en Arabie saoudite coûtera cinq ans de prison et 710.000 EUR d'amende
    Tags:
    soutien, militaires, Donald Trump, Arabie Saoudite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik