International
URL courte
7470
S'abonner

Milos Zeman a soutenu l'idée d'un référendum sur la sortie de son pays de l'Union européenne. D'ailleurs, il a avoué que si le scrutin avait lieu, il voterait pour le maintien de la République tchèque au sein de l'Union.

Intervenant jeudi à Prague lors de la conférence sur les priorités nationales tchèques «Žofínské fórum», le Président de la République tchèque Milos Zeman s'est prononcé en faveur de la tenue d'un référendum sur la sortie de l'Union européenne.

«Ce sont les citoyens qui doivent décider […]. La sortie de la République tchèque de l'UE sera possible du point de vue théorique et pratique si le parlement approuve une loi sur le référendum. Je suis un partisan de la démocratie directe, partisan du référendum, je le soutiendrai, mais je voterai contre la sortie», a indiqué le Président.

Cependant, Zeman a exprimé son inquiétude devant la mauvaise gestion actuelle de l'Union européenne.

«L'UE a besoin d'une gestion forte, comme dans le passé», a-t-il souligné.

Selon lui, les autorités de l'Union n'inspirent pas le respect aux Européens car leur politique évoque d'une certaine façon la doctrine de la «souveraineté limitée» que l'Union soviétique appliquait en son temps à l'égard des pays socialistes. Or, la République tchèque croit en «l'existence d'un État souverain».

En outre, le Président a déploré «l'erreur tragique» de la chancelière allemande Angela Merkel qui a décidé d'ouvrir les portes de son pays aux réfugiés syriens. Cette décision s'est avérée préjudiciable pour l'ensemble de l'Union européenne.

«Ils parlent à longueur de temps de solidarité, mais cela ne s'applique pas à leurs propres citoyens», a conclu Zeman.

 

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Scènes surréalistes de collégiens condamnant le comportement du professeur décapité devant leur école de Conflans
Attentat de Conflans: les auteurs de 80 messages d'hommage à l'assaillant contrôlés dès lundi
Tags:
Union européenne (UE), Milos Zeman, Angela Merkel, République tchèque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook