International
URL courte
Situation au Yémen (2017) (67)
0 15
S'abonner

Le nombre de cas de choléra au Yémen pourrait atteindre 300.000 d’ici la fin du mois d’août, a déclaré le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).

L'épidémie de choléra au Yémen ne faiblit pas. Selon la représentante du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) Meritxell Relano, le nombre de malades du choléra dans le pays pourrait atteindre plusieurs centaines de milliers de personnes.

«Le nombre de cas continue d'augmenter. Il est probable que d'ici fin août, le nombre des malades atteindra 300.000 personnes», indique l'Unicef.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre total de cas suspects de choléra au Yémen se chiffrait à 185.301 personnes d'octobre 2016 jusqu'au 21 juin 2017. Plus de 37.000 personnes sont tombées malades du 13 au 19 juin. 1.233 cas ont eu une issue fatale.

D'après l'OMS, plus de 1 000 cas suspects sont diagnostiqués chaque jour, dont 600 chez des enfants.

Autre chiffre préoccupant: le nombre de personnes décédées enregistrées de fin avril à fin mai serait trois fois plus élevé que celui recensé durant la période allant d'octobre 2016 à mars 2017.

Depuis 2014, le Yémen est en proie à un conflit armé opposant les rebelles houthis et les militaires loyaux à l'ancien président Ali Abdallah Saleh aux forces gouvernementales et aux milices populaires soutenant le Président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi. Les rebelles contrôlent les territoires dans le nord du pays et la capitale Sanaa, où ils ont créé leurs organes de pouvoir.

Dossier:
Situation au Yémen (2017) (67)

Lire aussi:

Yémen: l'épidémie de choléra fait 315 morts et plus de 29.000 cas suspects
2.000 monuments historiques détruits en 2 ans de guerre au Yémen
À deux doigts de la mort: une nouvelle vidéo choc de violences policières publiée par Mediapart
Un contrôleur de tram poignardé pour avoir demandé à des filles de porter un masque
Tags:
choléra, épidémie, Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), ONU, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook