International
URL courte
4224
S'abonner

La doctrine britannique relative aux droits de l’homme a permis à de nombreux terroristes présumés de rester sans le royaume.

Plus de 40 terroristes étrangers ont profité des lois sur la protection des droits de l'homme pour rester au Royaume-Uni, selon un rapport non publié du ministère de l'Intérieur, relate le Telegraph.

Le gouvernement britannique se heurte à un «problème insurmontable» en essayant d'expulser les djihadistes dangereux, ce qui entraîne «en Grande-Bretagne une série d'attentats inspirés par Daech», lit-on dans l'article.

Le rapport, commandé par ma Première ministre Theresa May, porte sur la pratique britannique qui consiste à expulser les terroristes potentiels en fournissant des «garanties». Selon cette pratique, la Grande-Bretagne ne peut les expulser qu'en leur garantissant qu'ils ne seront pas maltraités ou torturés dans leurs pays d'origine.

En s'appuyant sur cette doctrine, les tribunaux britanniques ont annulé l'expulsion d'étrangers soupçonnés de terrorisme. Cependant, cette doctrine aurait échoué, permettant aux terroristes de rester au Royaume-Uni, conclut le journal.

Plusieurs attentats ont secoué la Grande-Bretagne ces derniers mois. Le 3 juin, après qu'une voiture a foncé sur la foule sur le London Bridge, trois hommes armés ont poignardé des passants, tuant 7 personnes avant d'être éliminés par la police.

Le 22 mai, un attentat a été perpétré à Manchester, lors d'un concert d'Ariana Grande. 22 personnes dont 12 enfants ont été tuées. Le 22 mars, un véhicule a foncé sur la foule à Londres, sur le pont de Westminster. Un policier a été mortellement blessé par le terroriste.

Lire aussi:

Projet de loi antiterroriste: vers un état d'urgence allégé?
La lutte antiterroriste franco-britannique sur Internet: une «main tendue aux Américains»
État d’urgence permanent: une vraie solution au terrorisme?
L'homme ayant attaqué des musulmans à Londres poursuivi pour «meurtre lié au terroriste»
Tags:
expulsions, loi, terrorisme, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook