International
URL courte
23330
S'abonner

Si toutes les voies mènent à Rome, toutes les accusations portent sur Sputnik et RT. Après la CIA et certains hommes politiques, c'est au tour de l’agence américaine du renseignement de la Défense de publier un énième rapport pointant ces médias comme l'une des plus grandes menaces à l’Occident…

Le Pentagone estime que l'agence Sputnik et la chaîne RT servent de moyens d'influence russe sur le public occidental, et affirme que «la propagande russe» cherche à semer la confusion et à démoraliser le peuple, peut-on lire dans un rapport préparé, sans aucune prétention à la confidentialité, par l'agence du renseignement de la Défense américaine (DIA).

Selon le rapport, «L'éventail des moyens visant la diffusion de la propagande russe comprend des sites "de nouvelles" pro-Kremlin, des chaînes de télévision et de radio, telles que RT et Sputnik, le recours à des robots et des trolls sur les réseaux sociaux, en plus de prévoir l'optimisation des moteurs de recherche et le recours à des journalistes payés dans les médias occidentaux et dans d'autres médias étrangers».

La rédactrice en chef de RT et de Sputnik, Margarita Simonian, s'est moquée de l'absurdité de la situation.

«Quelques centaines de journalistes (vraiment brillants) sont-ils devenus en quelques années la menace principale pour l'armée la plus puissante du monde? Dommage, nous ne savions pas au départ que le Pentagone était si peureux. Nous nous serions davantage reposés et aurions travaillé moins», a commenté Margarita Simonian.

Pareilles accusations ont déjà été avancées à l'encontre de Sputnik et de RT dans un rapport de CIA.

En outre, le QG d'Emmanuel Macron, alors candidat à la présidentielle, a accusé les médias russes RT et Sputnik d'implication dans la diffusion des informations selon lesquelles l'homme politique posséderait un compte bancaire aux Bahamas. Sputnik a qualifié ces allégations de fausses, quant à Mme Simonian, elle a pointé que le porte-parole de M. Macron n'avait pas réussi à fournir un seul exemple de diffusion de fake news par les médias russes.

Pour sa part, Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a qualifié ces accusations de « produit de la campagne anti-russe déclenchée à l'époque de l'administration Obama et qui par inertie s'est répandue dans d'autres pays, notamment en Europe ».

Lire aussi:

«J’attends que l'Otan nous accuse d’avoir piraté l'élection à Limpopo»
Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions à la Russie
«Les Américains ont déclenché une guerre commerciale non seulement contre la Chine, mais également contre l’Europe»
Von der Leyen à nouveau au centre d’un malaise diplomatique après une «insulte» au Président ukrainien
Tags:
chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Margarita Simonian
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook