International
URL courte
0 30
S'abonner

Selon le Wall Street Journal, à la veille de l’élection présidentielle aux États-Unis, des hackers voulaient transmettre à l’ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, des courriels d’Hillary Clinton. Mais aucune preuve concrète n'a encore été avancée…

Les hackers qui auraient possédé des courriels d'Hillary Clinton auraient cherché un médiateur afin de les transmettre à l'ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, annonce le Wall Street Journal, se référant à une information tirée de rapports de services dont les noms n'ont pas été dévoilés.

En tant que médiateur, le journal avance la personnalité du républicain passionné Peter Smith, qui menait une enquête indépendante sur les 33.000 messages supprimés par Hillary Clinton de son serveur privé. Bien que des responsables américains aient déclaré qu'aucune preuve de piratage des courriels d'Hillary Clinton n'existait, M.Smith était persuadé du contraire.

Ainsi, il prétendait avoir trouvé cinq groupes de hackers dont deux soi-disant d'origine russe. Dans les faits, pourtant, il n'y a aucune preuve concrète de leur implication.

Se basant uniquement sur quelques allusions indirectes dans les lettres et les déclarations de M.Smith, le Wall Street Journal indique également que Michael Flynn aurait été impliqué dans la recherche des courriels de Mme Clinton.

Michael Flynn a dû quitter la Maison-Blanche trois semaines à peine après sa prise de fonction, à la suite de révélations sur une conversation qu'il avait eue avec l'ambassadeur russe à Washington, en décembre dernier.

Le quotidien américain Washington Post accusait notamment M.Flynn d'avoir conseillé à la Russie «d'être plus mesurée dans sa réaction face aux sanctions punitives» et de ne pas avoir rejeté la possibilité que les sanctions pourraient être révisées sous la nouvelle présidence.

Les médias affirmaient que M.Flynn avait évoqué l'éventuelle levée des sanctions américaines contre Moscou lors d'entretiens avec l'ambassadeur de Russie à Washington Sergueï Kisliak. M.Flynn a rejeté ces accusations. Le Kremlin a confirmé que MM. Flynn et Kisliak avaient effectivement tenu des entretiens, avant de déclarer que leur teneur était mal interprétée.

Lire aussi:

Poutine sur sa rencontre avec Flynn: «On a à peine parlé»
Le Sénat US exige les documents de Flynn sur l’«ingérence russe»
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Tags:
correspondance, Hillary Clinton, Michael Flynn, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook