Ecoutez Radio Sputnik
    La fronitère entre la Chine et la Corée du Nord

    RPDC, pomme de discorde: Washington imposerait des sanctions contre Pékin

    © AP Photo/ Ng Han Guan, File
    International
    URL courte
    87765

    Les États-Unis ont ignoré l'initiative sino-russe sur le règlement de la crise coréenne et ont proposé leur propre scénario. De son côté, l'ambassadeur américain à l'Onu a clairement indiqué que les États-Unis étaient prêts à imposer des sanctions contre ceux qui continuaient à commercer avec Pyongyang.

    Les États-Unis ont déclaré qu'ils ne verraient aucun inconvénient à ce que leur proposition de durcir les sanctions contre Pyongyang fasse l'objet d'un veto. En effet, Washington entend, en cas de veto, renforcer ses propres sanctions, qui pourraient affecter non seulement la Corée du Nord, mais aussi la Chine, selon la représentante permanente des États-Unis auprès de l'Onu, Nikki Haley.

    Le chef adjoint du Centre des études asiatiques de l'Académie diplomatique chinoise, Guo Yanjun, a exprimé à Sputnik ses doutes envers la politique américaine, qu'il juge imprudente.

    «De tels avertissements ne sont pas fondés sur des données objectives. Il est bien connu que la Chine a approuvé une liste des produits interdits à l'exportation vers la Corée du Nord pour respecter la Résolution 2321 du Conseil de sécurité des Nations unies prévoyant des sanctions contre Pyongyang, et la partie chinoise respecte scrupuleusement le texte de cette liste», a déclaré M.Guo.

    L'analyste a souligné que la Chine respectait l'embargo commercial contre la Corée du Nord, mais en même temps, il a mis en garde contre les conséquences catastrophiques pour le peuple nord-coréen en cas de rupture complète des liens avec Pyongyang.

    «L'embargo commercial chinois n'affecte pas le commerce bilatéral, qui concerne les domaines cruciaux pour la population. Sinon, cela engendrerait une crise humanitaire en Corée du Nord», a averti l'interlocuteur de Sputnik.

    «D'une part, nous respectons strictement les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu, d'autre part, nous voyons les avertissements et les accusations sans fondement émis par les États-Unis. À cet égard, je voudrais souligner encore une fois que nous ne devrions pas confondre les faits et les spéculations», a ajouté Guo Yanjun.

    La Corée du Nord a effectué mardi matin, à 9h40 heure locale, un nouveau tir de missile intercontinental en direction de la mer du Japon. Le missile à moyenne portée tiré depuis l'aéroport de Panghyon a parcouru 930 km en 40 minutes. Le missile s'est écrasé en mer du Japon et n'a pas causé de dommages.

    Lire aussi:

    Séoul ne veut pas «engloutir» Pyongyang et se dit prêt à dialoguer
    Pyongyang sur le tir d’un missile: preuve de la puissance de la défense nord-coréenne
    La France appelle à un renforcement des sanctions de l'Onu contre Pyongyang
    Tags:
    menace nord-coréenne, sanctions, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik