International
URL courte
3212
S'abonner

Après les cyberattaques contre des compagnies pétrolières, financières et de télécommunications en Russie, en Ukraine et en Europe, l’Otan a pris la décision d’aider Kiev à identifier qui était derrière ces attaques.

L'Otan compte fournir à l'Ukraine de l'équipement qui protégera les institutions gouvernementales contre les hackers et permettra de détecter qui se cache derrière les cyberattaques visant le pays, a déclaré lundi le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg, en visite à Kiev pour une réunion de la Commission Otan-Ukraine.

«Un des domaines auxquels nous accordons une attention particulière dans la coopération avec l'Ukraine, c'est la cybersécurité. Nous sommes en train de fournir à l'Ukraine, aux principales institutions gouvernementales, de l'équipement qui permettra à l'Ukraine d'enquêter sur ceux qui se cachent derrière telles ou telles cyberattaques», a déclaré M. Stoltenberg.

Des dizaines d'entreprises et d'institutions européennes, notamment en Russie et en Ukraine, ont subi fin juin une vaste attaque virale effectuée par le rançongiciel, identifié comme une variante de Petya. Des serveurs gouvernementaux ukrainiens comptent également parmi les cibles, aux côtés d'opérateurs comme la banque PrivatBank et le métro de Kiev.

En attendant la réalisation de l'initiative de l'Otan à l'encontre de l'Ukraine, il ne reste qu'à se rappeler que la cyber-police ukrainienne a déjà saisi une société soupçonnée d'avoir organisé la cyberattaque massive Petya. Et il s'agirait d'une société ukrainienne.

Lire aussi:

L'impossibilité de détecter la source d'une cyberattaque permet de désigner les coupables
Cyberattaque mondiale: Kiev accuse la Russie, pourtant touchée elle aussi
Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Tags:
cyberattaque, Petya (virus-extorqueur), OTAN, Jens Stoltenberg, Kiev, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook