Ecoutez Radio Sputnik
    Daech n’est pas le seul coupable de la mort de milliers de civils à Mossoul

    Daech n’est pas le seul coupable de la mort de milliers de civils à Mossoul

    © REUTERS / Marius Bosch
    International
    URL courte
    Opération de libération de la ville de Mossoul (2017) (26)
    8122

    Les combats visant la libération de Mossoul auraient emporté des milliers de vie de civils dont les responsables se trouvent non seulement parmi les djihadistes de Daech mais aussi parmi les forces de sécurité irakiennes ainsi que la coalition internationale dirigée par les États-Unis, indique un rapport présenté par Amnesty International.

    Selon les informations présentées par l'organisation non gouvernementale Amnesty International (AI), des milliers de civils ont été victimes de l'opération militaire visant la libération des quartiers ouest de Mossoul.

    Ainsi, d'après AI, les terroristes de Daech «utilisaient des boucliers humains tuant ainsi des centaines voire des milliers des civils». Pour ce faire, les djihadistes ressemblaient de force à Mossoul des villageois et des habitants des villes se trouvant dans la zone des combats les empêchant de se mettre à l'abri. Ceux qui cherchaient à s'enfuir étaient fusillés, tandis que leurs corps étaient pendus pour servir d'exemple à ceux qui auraient voulu faire la même chose.

    Néanmoins, le nombre élevé de victimes ne serait pas uniquement causé par les terroristes de Daech. À en croire le rapport publié par AI, les forces de sécurité irakiennes ainsi que celles de la coalition dirigée par Washington en seraient également responsables car elles n'avaient pas pris en considération le grand nombre de civils résidant dans les quartiers occupés par les terroristes et, par conséquent, elles n'ont pas changé leur stratégie lors des opérations militaires et le pilonnage massif de ces quartiers.

    Amnesty International a également recensé une série d'attaques dans lesquelles les forces irakiennes et celles de la coalition menée par les États-Unis ne semblent pas avoir atteint les cibles militaires visées, mais au contraire avoir tué et blessé des civils et détruit ou endommagé des biens civils.

    Ayant interrogé quelque 150 personnes, y compris des habitants de la partie ouest de Mossoul, les experts, les analystes et les spécialistes d'AI ont constaté 45 pilonnages sur les positions de Daech, où au moins 426 civils ont été tués.

    «L'ampleur et la gravité des pertes civiles durant l'opération militaire pour la reconquête de Mossoul doivent être immédiatement reconnues au plus haut niveau par le gouvernement irakien et par les autorités des États membres de la coalition menée par les États-Unis», a déclaré Lynn Maalouf, directrice de la recherche pour le Moyen-Orient à Amnesty International ajoutant que l'utilisation par Daech «des habitants comme boucliers humains n'amoindrit pas l'obligation légale des forces pro-gouvernementales de protéger les civils».

    Armée irakienne près de Mossoul
    © AP Photo / Marko Drobnjakovic
    L'offensive de l'armée irakienne visant à éliminer les djihadistes de Daech de la province de Ninive et de sa capitale, Mossoul, a été lancée en octobre 2016. Les troupes gouvernementales sont appuyées par des milices populaires et l'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

    Le 18 juin 2017, l'armée irakienne a lancé l'assaut sur la vieille ville de Mossoul, qui était contrôlée par les djihadistes de Daech. Située sur la rive occidentale du Tigre, qui coupe la cité en deux, la vieille ville, qui était le dernier bastion du groupe terroriste à Mossoul, est un dédale de petites rues densément peuplées. L'avancée des blindés y était impossible et l'usage d'armes lourdes risquait de mettre en péril la population civile.

    Dossier:
    Opération de libération de la ville de Mossoul (2017) (26)

    Lire aussi:

    Libération de Mossoul: Trump promet d’anéantir Daech
    Moscou félicite l’Irak pour la libération de Mossoul des terroristes
    L'Irak proclame la victoire sur Daech à Mossoul
    Tags:
    libération, bouclier humain, bombardements, victimes civiles, victimes, terrorisme, coalition anti-Daech, Etat islamique, Amnesty International, Lynn Maalouf, Mossoul
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik