Ecoutez Radio Sputnik
    Londres

    «Un pas en arrière»: les ventes d’armes à Riyad autorisées par la justice britannique

    © AFP 2018 NIKLAS HALLE'N
    International
    URL courte
    9010

    La justice britannique a validé les ventes d'armes à Riyad, suscitant la frustration de militants des droits de l'homme.

    Lundi 10 juillet, la Haute Cour de Londres a estimé légales les ventes d'armes britanniques à l'Arabie saoudite. La Campagne contre le commerce des armes (CAAT, en anglais) a promis de faire appel de l'arrêt de la cour.

    Selon Saeed al-Shehabi, militant bahreïni basé à Londres, la décision de la Haute cour constitue «un pas en arrière». «Compte tenu du pauvre résultat du parti de Theresa May aux élections, les conservateurs britanniques auraient dû céder aux exigences de militants des droits de l'homme qui demandaient de suspendre ou de limiter l'interaction avec l'Arabie saoudite», indique M.al-Shehabi contacté par Sputnik.

    Le militant antiguerre Sam Walton a lui aussi fait part de sa «profonde déception» après la décision de la cour.

    «Si l'on examine ce qu'il est dit dans l'arrêt, ça se présente comme "Tenez, les Saoudiens nous disent qu'ils ne bombardent pas les civils, et nous les croyons"», a estimé M.Walton.

    «Des milliers de personnes meurent en raison des livraisons d'armes britanniques, et les ministres préfèrent persister dans leur ignorance», déplore l'interlocuteur de l'agence.

    Toujours d'après lui, la «stratégie» de Londres consiste à vendre des avions Eurofighter Typhoon à Riyad, car «seuls les Saoudiens sont assez corrompus pour acheter cette absurdité».

    Lire aussi:

    Plus de 60% des Britanniques hostiles à la vente d'armes à Riyad
    Les appels à cesser les ventes d’armes à Riyad se multiplient
    Londres vend pour 1 md de livres d'armes à Riyad en trois mois
    Tags:
    armements, justice, Eurofighter typhoon, Campaign Against the Arms Trade (CAAT), Haute Cour de Londres, Theresa May, Saeed al-Shehabi, Sam Walton, Royaume-Uni, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik