International
URL courte
14323
S'abonner

Joug, violence et impossibilité de fuir… Les épouses des combattants de Daech à Raqqa ont raconté à la chaîne RT à quoi ressemblait leur vie dans la capitale des terroristes.

Elles proviennent de différents pays, mais une chose les unit: leurs maris combattent sous le drapeau noir de Daech et elles les ont suivis jusque dans le fief des terroristes. La Libanaise Nour Al-Houda est partie en Syrie avec son mari, qui lui a fait croire que l'État islamique n'était pas si terrible qu'on le croyait. Ce n'est qu'une fois sur place qu'elle a compris que la réalité était encore plus effrayante.

«Si j'avais su ce qu'est Daech, je n'aurais jamais suivi mon mari», avoue-t-elle dans un entretien à la chaîne RT.

Outre les femmes légitimes, les combattant possèdent des esclaves sexuelles qu'ils achètent, s'échangent ou s'offrent, raconte de son côté la Tunisienne Khadija. Il n'est pas rare que celles-ci soient mieux traitées que les épouses, le tout dans le but de les vendre plus cher. Le prix de ce genre d'esclaves varie entre 10.000 et 30.000 dollars.

«Si ton mari est tué, tu en épouses un autre selon l'accord de ses proches et en présence de témoins», raconte Khadija.

Les deux femmes se rappellent que pour la moindre maladresse, elles étaient enfermées dans une petite chambre sans fenêtres. Les enfants souffraient des poux et de la gale, mais personne ne s'empressait de les montrer au médecin.

Nour Al-Houda raconte que certaines femmes sont parvenues à fuir le fief de Daech, mais les combattants ont trouvé ceux qui les aidaient et les ont tués.

«Mon mari et moi avons commis une énorme faute en venant ici. Je conseille à tout le monde de ne pas croire ceux qui disent que Daech est un État islamique de confession islamique, qui suit la charia et vit selon les canons du Prophète et le Coran», avoue Khadija.

«Ils coupent la tête à tous ceux qui s'opposent à eux», poursuit-elle.

Les femmes reconnaissent tout de même que parmi les épouses des combattants, certaines sont satisfaites de leur condition. Tout semble les arranger sauf une chose: les cadeaux de valeur que leurs maris offrent à leurs rivales les font voir rouge.

Lire aussi:

Daech confirme la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi
Daech n’est pas le seul coupable de la mort de milliers de civils à Mossoul
Les salaires de Daech révélés par Sputnik
La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Tags:
Etat islamique, Raqqa, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook