International
URL courte
0 33
S'abonner

Le parlement italien examine actuellement un nouveau texte visant à renforcer la lutte contre la propagande fasciste, mais les nostalgiques de Mussolini et du fascisme sont toujours là. Le professeur de sciences politiques à l’Université de Bologne Piero Ignazi s’est exprimé sur la question lors d’un entretien avec Sputnik.

Le projet de loi, qui complète deux textes déjà en vigueur (depuis 1952 et 1993), propose de punir désormais les actes individuels, dont le salut fasciste, mais aussi la «production, la distribution ou la vente de symboles» du fascisme ou du nazisme. Cela est également valable pour les objets à l'effigie de membres ou personnalités de ces régimes totalitaires.

«Je pense qu'une nouvelle loi n'est pas du tout nécessaire, mais qu'il faut appliquer les lois qui existent déjà. Le problème ne se résout pas au niveau de la loi, mais au niveau de l'éducation de la société qui doit se rendre bien compte de l'importance de nos principes démocratiques», a déclaré à Sputnik l'universitaire italien Piero Ignazi.

Et d'ajouter que le fascisme demeurait une question sensible dans l'histoire et la politique italiennes parce qu'à l'époque on n'avait pas analysé comme il se devait les problèmes qui l'avaient engendré comme idéologie et qui l'avait rendu populaire.

«Voilà pourquoi ce phénomène ressurgit de nouveau dans la conscience collective dès que la société se trouve confrontée à de graves défis économiques ou sociaux», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

Selon ce dernier, la lutte contre ce genre d'idées doit commencer à l'école, qui doit permettre d'exclure les causes qui font renaître la nostalgie du Ventennio, la double décennie fasciste en Italie.

La presse constate l'apparition sur la Toile d'une multitude de pages, de sites et de blogs attirant ces dernières années des milliers de sympathisants de Benito Mussolini, et le nouveau projet de loi est appelé à étirer la condamnation pour diffusion de textes et images ayant trait au fascisme de six mois à deux ans. Il interdit les gadgets et souvenirs évoquant le régime fasciste et en particulier le Duce, ainsi que le salut nazi.

Lire aussi:

Ministre britannique: l’UE favorise le fascisme et le terrorisme en Europe
Le fascisme n'est pas mort, il continue
Aujourd'hui le nationalisme, demain le fascisme?
«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Tags:
idéologie nazie, éducation, école, propagande, fascisme, loi, parlement italien, Sputnik, Benito Mussolini, Piero Ignazi, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook