International
URL courte
15351
S'abonner

Donald Trump s’en est pris au procureur général US Jeff Sessions pour l’absence d’enquête sur les activités de Kiev visant à soutenir la candidate démocrate Hillary Clinton durant la présidentielle de 2016.

Le Président US Donald Trump a accusé l’Ukraine d’avoir essayé de saboter sa campagne présidentielle avant d’appeler le procureur général Jeff Sessions à ouvrir une enquête à ce sujet.

«Les tentatives ukrainiennes de saboter la campagne de Trump, “servant à améliorer peu à peu les positions de Mme Clinton”, où en est l’enquête, Monsieur le procureur général?», a écrit M.Trump sur Twitter.

​Le chef de l’État a en outre accusé le procureur Jeff Sessions d’avoir adopté une «position très faible à l’égard des crimes commis par Hillary Clinton». Selon M.Trump, le directeur par intérim du FBI Andrew McCabe a «touché 700.000 dollars de Hillary pour son épouse».

La Maison-Blanche avait précédemment accusé Kiev d’ingérence dans la présidentielle aux États-Unis en 2016. Selon la porte-parole Sarah Sanders, «le Comité national démocrate avait collaboré avec l’ambassade ukrainienne dans l’espoir de trouver des informations compromettantes» sur leurs rivaux. De nombreux documents prouvent l’existence des liens entre le comité et l’ambassade, d’après elle.

L’ambassade d’Ukraine a rejeté les accusations avant de noter que Kiev n’avait pris le parti d’aucun des candidats durant la campagne électorale aux États-Unis.

Lire aussi:

Présidentielle US: le chef pressenti du FBI veut enquêter sur l'«ingérence ukrainienne»
Les services secrets US derrière «l’ingérence de Moscou» dans la présidentielle?
Trump dément les informations sur l'ingérence de la Russie dans la présidentielle US
Trump dit «The Ukraine» devant Porochenko et cela vexe les Ukrainiens
La Maison Blanche dément que Trump ait promis d’aider l’Ukraine
Tags:
ingérence, enquête, Internet, Twitter, Présidentielle américaine 2016, Andrew McCabe, Jeff Sessions, Donald Trump, Ukraine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook