Ecoutez Radio Sputnik
    Simorgh

    Téhéran poursuivra son programme de missiles

    © AFP 2019 Rohollah Vahdati
    International
    URL courte
    9160

    Malgré le mécontentement de l’Occident face au lancement par Téhéran d’une fusée porteuse, l’Iran est résolu à poursuivre son programme de missiles, qui ne représente, selon lui, aucune menace pour le monde mais prévient les «pensées déraisonnables» sur une éventuelle agression à son endroit.

    Téhéran envisage de poursuivre la mise au point de son programme de missiles et condamne les éventuelles sanctions de Washington à son encontre, a déclaré samedi le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Qassemi.

    L'Iran a procédé jeudi au lancement d'une fusée porteuse Simorgh de fabrication nationale. Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne ont condamné ces actes, sous prétexte qu'ils violent la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu.

    Toujours selon M.Qassemi, Téhéran estime que le programme n'est pas dirigé contre d'autres pays et ne saura donc susciter de préoccupations. Il serait nécessaire pour mettre en garde contre des pensées «déraisonnables» sur une éventuelle agression contre l'Iran, a-t-il expliqué.

    Quant au projet de loi américain sur les sanctions anti-iraniennes, Téhéran le considère comme inadmissible et condamne les actes hostiles de la part des États-Unis, a ajouté le responsable.

    Le Président américain a déclaré vendredi vouloir signer un texte durcissant les sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord, adopté cette semaine à la majorité des voix par la Chambre des représentants du Congrès américain.

    Lire aussi:

    Quel serait l'arsenal des USA en cas de conflit contre l'Iran?
    Les USA remplissent «très mal» leur part de l'accord nucléaire avec l'Iran
    Acheter ou ne pas acheter: Téhéran ne sait pas encore s’il achètera les S-400 à Moscou
    Les USA qualifient l’Iran de principal État commanditaire du terrorisme
    Téhéran recommande aux USA d’éloigner leurs bases militaires à 1.000km de l’Iran
    Tags:
    missiles, Simorgh, Bahram Qassemi, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik