Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump Jr.

    Qu’a réellement demandé l’avocate russe à Trump Jr.?

    © AFP 2019 JIM WATSON
    International
    URL courte
    11101
    S'abonner

    L’avocate russe Natalia Vesselnitskaïa a déclaré que sa rencontre avec Donald Trump Jr. en 2016 n’était destinée qu’à lui demander de l’aider à apporter au Congrès américain ses informations sur William Browder, lié à une affaire d’escroquerie en Russie.

    À l'antenne de la chaîne Rossia 24, l'avocate russe Natalia Vesselnitskaïa a livré plus de détails sur sa rencontre avec Donald Trump Jr. en 2016. Selon elle, leur entretien privé a été organisé dans l'optique d'obtenir les résultats de son enquête sur le chef du fonds d'investissement Hermitage Capital William Browder:

    «Je demandais de l'aide. De l'appui pour raconter l'histoire dont j'ai eu connaissance dans le cadre de mon travail. Je ne savais pas comment il pouvait m'aider. C'était une demande tout à fait ordinaire à tous ceux qui pourraient fournir un certain soutien au Congrès pour que les membres du Congrès apprennent ce qui se passait réellement dans notre pays avec M. Browder», a expliqué l'avocate.

    Mme Vesselnitskaïa a réitéré que la rencontre n'était pas liée aux élections présidentielles de novembre aux États-Unis.

    «Elle n'a rien à voir ni avec les concurrents ni avec l'élection présidentielle, comme je l'ai déjà dit. Il [Trump Jr.] n'est pas un homme politique. Voilà pourquoi c'était une réunion innocente. Peut-être, que certains font maintenant la grimace, mais c'est comme ça», a-t-elle insisté.

    «Quand un week-end le New York Times m'a envoyé une requête, il y a quatre semaines, j'avais mal à me souvenir quand cette réunion avait eu lieu et qui y a avait participé. Il n'y avait qu'une seule histoire qui m'intéressait. L'histoire d'une énorme escroquerie financière que Hermitage Capital (fonds d'investissement de M. Browder, ndlr) a exécutée au cours des dix dernières années dans notre pays», a déclaré Mme Vesselnitskaïa.

    Le 11 juillet 2013, un tribunal de Moscou a condamné William Browder par contumace à neuf ans d'emprisonnement, accusé d'achat illégal de 200 millions d'obligations de Gazprom, de faillite intentionnelle de plusieurs sociétés, ainsi que d'évasion fiscale pour un montant total de plus de 522 millions de roubles (environ 7,46 millions d'euros), via des falsifications de déclarations de revenus et des utilisations illégales de prestations destinées aux handicapés. L'homme d'affaires a été reconnu complice du crime et la Russie a annoncé lancer un mandat d'arrêt international à son encontre.

    Cela fait plusieurs semaines que l'avocate russe Natalia Vesselnitskaïa se trouve au cœur d'une polémique après que le New York Times a annoncé qu'en 2016, l'avocate avait rencontré Donald Trump Jr. en affirmant qu'elle avait des documents compromettants sur l'ex-candidate Hillary Clinton. Selon le fils du Président, «les informations compromettantes» ont été utilisées uniquement comme prétexte pour cette rencontre et il s'est très vite avéré que Mme Vesselnitskaïa «n'avait pas d'information importante».

    Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a déclaré que le Kremlin ne possédait aucune information sur cette avocate. Le Président Trump a de son côté affirmé que l'avocate ne représentait pas les intérêts du gouvernement russe.

    En outre, l'avocate s'est déclarée prête à témoigner devant le Sénat américain afin d'évoquer sa rencontre avec Donald Trump Jr.

    Lire aussi:

    Affaire Trump Jr.: l’avocate ne représentait pas le gouvernement russe, selon Trump
    La rencontre entre Trump Jr. et l’avocate russe était légale
    Trump-fils parle à une avocate russe: l'hystérie médiatique «frise le délire»
    Rencontre Trump Jr-avocate russe: le Président applaudit son fils «ouvert et innocent»
    Le fils de Trump dévoile comment on l’a «appâté» pour rencontrer l’avocate russe
    Tags:
    explications, William Browder, Donald Trump Jr, Natalia Vesselnitskaïa, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik