International
URL courte
4152
S'abonner

Selon le président du Parti libéral-démocrate allemand, l’UE devrait aller de l’avant dans sa coopération avec la Russie car son bien-être dépend, en grande partie, des relations positives avec Moscou.

Le président du Parti libéral-démocrate, Christian Lindner, a appelé à développer les relations avec la Russie.

«Les sanctions ne doivent pas être levées seulement quand les accords de Minsk seront complètement réalisés. Les mesures transitoires positives doivent être reconnues. Nous devons essayer de reprendre le mouvement dans les relations avec la Russie», a déclaré M.Lindner lors d'une interview au journal Westdeutsche Allgemeine Zeitung.

«La sécurité et la prospérité en Europe dépendent, entre autres, des relations avec Moscou. Il est considéré comme tabou d'en parler, mais j'ai peur que pour l'instant il faille considérer la Crimée comme une solution provisoire pour une durée indéterminée», a ajouté l'homme politique.

D'après M.Lindner, aujourd'hui l'Allemagne a besoin d'une politique de «changements par le rapprochement» commencée à l'époque du chancelier Willy Brandt et continuée par le chancelier Helmut Kohl et par le ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher.

Rappelons que vendredi 4 août, l'Union européenne a inclus trois personnes physiques et trois personnes morales russes, y compris des employés du ministère russe de l'Énergie et des sociétés du domaine énergétique, dans la liste des sanctions individuelles en raison de «l'ingérence» en Ukraine, suite au scandale autour des «livraisons» de turbines à gaz Siemens en Crimée.

Le «scandale des turbines» a éclaté le 5 juillet lorsque Reuters a annoncé, se référant à trois sources proches du dossier, que la Russie avait livré en Crimée des turbines à gaz fabriquées par Siemens, malgré les sanctions de l'Union européenne.

Auparavant, le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, avait déclaré aux journalistes que les turbines livrées aux centrales électriques de Crimée étaient de fabrication russe et l'avait réaffirmé une nouvelle fois le 13 juillet.

Lire aussi:

Berlin: la Russie et l’Allemagne travailleront ensemble pour protéger le climat
La Crimée appartient à la Russie sur des cartes du monde en Allemagne
Allemagne: «La résolution des conflits internationaux n’est pas possible sans la Russie»
Moscou imposerait des restrictions à Siemens en réponse aux nouvelles sanctions de l’UE
Sanctions antirusses: l'Europe se défendra-t-elle?
Tags:
sanctions antirusses, relations, développement, mouvement, Siemens AG, Union européenne (UE), Minsk, Europe, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook