Ecoutez Radio Sputnik
    Soldat de l'Otan

    Le ministre suédois de la Défense opposé à l’adhésion de son pays à l’Otan

    © AP Photo / Czarek Sokolowski
    International
    URL courte
    25642
    S'abonner

    Le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist s’est prononcé pour le renforcement des capacités militaires du pays mais ne considère toujours pas la nécessité de joindre l'Otan.

    Dans une interview au quotidien japonais Asahi, le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist a manifesté son opposition à l'adhésion de son pays à l'Otan.

    «À l'heure actuelle, la meilleure stratégie consiste à augmenter le potentiel militaire de chaque pays à titre individuel et approfondir la coopération bilatérale et multilatérale», a-t-il déclaré à Asahi Shimbun.

    Selon lui, si la Suède présente officiellement sa candidature d'adhésion à l'Otan, la tension dans la région augmentera.

    «La région a besoin de sécurité. Les mesures expérimentales du maintien de sécurité ne sont pas nécessaires», a déclaré le ministre.

    La Suède défend depuis longtemps le principe de non-alignement à l'Otan. Toutefois, les affirmations de renforcement de sa puissance militaire indépendante ont attiré l'attention du Japon, dont le gouvernement cherche également le renforcement de ses forces d'autodéfense.

    La Suède et l'Allemagne ont conclu en juin 2017 un accord sur l'élargissement de la coopération militaire. Plus tôt, des accords similaires ont été signés avec les États-Unis et le Danemark.

    Lire aussi:

    Le Pentagone condamne la divulgation de ses bases en Syrie par «un allié de l’Otan»
    Le projet d'acquisition de S-400 russes par Ankara compatible avec les normes de l'Otan
    Mer Baltique: les exercices conjoints russo-chinois énervent l’Otan
    L’Otan espère que la Turquie et l’Allemagne parviendront à un consensus
    «L’Otan encercle la Russie plus qu’Hitler, et Poutine l’attend en judoka»
    Tags:
    adhésion, OTAN, Peter Hultqvist, Suède
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik