International
URL courte
Par
25121
S'abonner

Echauffourées, drapeaux nazis, cris, pleurs, sang… est-ce suffisant pour faire penser à la Russie? Plusieurs journalistes et analystes américains ont associé le chaos de Charlottesville aux manigances de la Main belliqueuse du Kremlin. Mais cette fois, même le Washington Post a jugé que la réalité augmentée des médias mainstream déraillait…

Moscou serait derrière les heurts sanglants de Charlottesville de samedi dernier. En outre, la Main du Kremlin serait probablement liée à la propagation des idées de l'extrême droite américaine… Malheureusement, il y en a qui y croient vraiment.

Suite aux violences de Charlottesville ayant fait une victime et une vingtaine de blessés samedi 12 août, certains journalistes et analystes américains ont immédiatement déclaré que ces affrontements étaient intrinsèquement liés à la Russie, car la Main du Kremlin guidait depuis une belle lurette l'extrême droite US.

Pourtant, malgré le principe de «consuetudo quasi altera natura», même le Washington Post en a assez de cette habitude consistant à tout mettre sur le dos du Kremlin.

«Les violences à Charlottesville ne peuvent être imputées à un pouvoir étranger», tel est le titre d'un article du Washington Post, démontrant qu'il est insensé d'attribuer ces événements tragiques à l'influence russe.

«Molly McKew, écrivain et conseiller en politique étrangère, a écrit sur Twitter que les manifestations de l'extrême droite devraient susciter une discussion sur "l'influence et les opérations russes aux États-Unis". Jim Ludes, vice-président de la recherche et des initiatives publiques au Pell Center for International Relations and Public Policy a ajouté qu'il y avait "des liens indéniables entre les groupes de la droite alternative à Charlottesville et la Russie"», a cité à titre d'exemple le journal.

«La Russie a établi des liens personnels et organisationnels avec les mouvements politiques de l'extrême droite américaine et européenne», a également assuré Jim Ludes sur son compte Twitter.

Néanmoins, le Washington Post constate que l'extrême droite américaine s'est développée séparément de la Russie plusieurs années auparavant, et bien avant la campagne électorale de Donald Trump.

La seule chose qui pourrait démontrer un lien entre «l'extrême droite de Charlottesville et l'ingérence présumée de la Russie» c'est que le Président américain, qui n'hésite pas à émettre des critiques et des commentaires, n'a pas «élevé la voix» pour s'exprimer sur ces sujets, conclut le média.

 

Lire aussi:

Le tueur de Charlottesville était inspiré par des idées nazies
Le maire de Charlottesville critique Trump pour la montée de l’extrémisme aux USA
Charlottesville: des sénateurs US dénoncent un «acte de terrorisme intérieur»
Charlottesville: deux morts dans le crash d’un hélicoptère de police
Melania Trump appelle à cesser les violences à Charlottesville
Tags:
nazis, racisme, Charlottesville, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook