Ecoutez Radio Sputnik
    Policiers américains

    Détails révoltants: la police passive durant les affrontements de Charlottesville

    © AP Photo / Lynne Sladky
    International
    URL courte
    7313
    S'abonner

    James Alex Fields Jr., qui a été témoin des affrontements de Charlottesville, a communiqué à Sputnik des détails exclusifs sur le comportement de la police qui, selon lui, «n’a rien fait» pour faire cesser la violence.

    Les forces de l'ordre de Charlottesville ne sont pas intervenues durant les heurts entre suprémacistes blancs et activistes antiracistes qui ont fait un mort et de nombreux blessés, a fait savoir à Sputnik un des participants du rassemblement, le militant antiraciste James Alex Fields Jr.

    «La police se trouvait derrière les barrières à observer l'évolution de la situation. De nombreuses bagarres ont eu lieu. Certains manifestants ont jeté des objets ou vaporisé du gaz lacrymogène. Et les forces de l'ordre n'ont rien fait jusqu'à ce que le rassemblement soit déclaré illégal», a-t-il souligné.

    Et d'ajouter que, selon l'Union américaine pour les libertés civiles, la police avait reçu l'ordre de ne pas intervenir. Ainsi, d'après James Alex Fields Jr., c'étaient les organisations The Three Percenters et Oath Keepers qui assuraient la sécurité lors des affrontements dans le parc public Emancipation Park.

    En outre, le participant de la manifestation a précisé qu'il se trouvait tout proche du lieu de l'incident.

    «J'ai eu une chance énorme de m'en sortir seulement avec quelques blessures. Les médecins ont dû me prendre sous les bras, ensuite j'ai été transporté à l'hôpital», a-t-il indiqué.

    Le samedi 12 août, Charlottesville a été le théâtre d'affrontements entre des suprémacistes blancs et des militants antiracistes. Un véhicule a foncé sur un groupe d'opposants au rassemblement nationaliste, faisant un mort et une trentaine de blessés.

    La droite radicale américaine, y compris des néo-nazis et des membres du Ku Klux Klan, ont manifesté leur mécontentement contre le projet de retirer la statue du général Robert Lee, le chef des armées sudistes lors de la guerre de Sécession (1861-1865). Vivant en Virginie, il dirigea plusieurs armées de la Confédération, dont le régime était favorable à l'esclavage. Pourtant, le général Lee lui-même était opposé à l'esclavage.

    Lire aussi:

    Le maire de Charlottesville critique Trump pour la montée de l’extrémisme aux USA
    Charlottesville: des sénateurs US dénoncent un «acte de terrorisme intérieur»
    Charlottesville: deux morts dans le crash d’un hélicoptère de police
    Melania Trump appelle à cesser les violences à Charlottesville
    Filtres racistes? L’application FaceApp au centre d’une polémique
    Tags:
    police, Charlottesville, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik