Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Comment Poutine a ruiné les États-Unis et a gagné la 3e guerre mondiale

    © Sputnik. Ramil Sitdikov
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    3104125017046

    On dirait que le Huffington Post s’est inspiré de la rubrique La Main du Kremlin avant de rédiger son dernier article. «Comment les Russes ont-ils gagné la 3e guerre mondiale: histoire courte». Le ton du texte est audacieux, mais ne vous régalez pas trop vite, on n’a abordé que son titre, le meilleur est dans son développement.

    En jetant un coup d'œil sur un article récent du Huffington Post, on a l'impression que son texte risque d'exploser sous la pression de tous les stéréotypes possibles et histoires qu'on raconte sur la Russie dont il regorge. Tout est là, et la volonté de Poutine de restaurer la grandeur de l'Union soviétique, et l'ingérence «évidente» de la Russie dans les élections américaines, et l'arme cybernétique développée par Poutine afin de conquérir le monde entier, et on en passe et des meilleures.

    Mais commençons par le commencement, notamment par l'image de Vladimir Poutine, colonel de KGB, mais aussi judoka émérite et reconnu. Le Huffington Post assure que c'est l'art du judo qui est à l'origine de la force du Président Poutine: «Le Judo est l'art qui apprend à utiliser la force et le poids de ses adversaires en tant que armes contre eux-mêmes». Et de préciser:

    «Poutine savait qu'il ne pourrait jamais rivaliser sur le terrain des armes conventionnelles, alors il a investi tout son argent dans un système d'armes entièrement nouveau, dans le cyberespace. Un million de personnes munies d'ordinateurs portables et de smartphones pourraient nuire beaucoup plus qu'un million d'hommes avec des fusils».

    Ensuite, vient l'heure d'évoquer le sujet qui semble avoir déjà fait grincer les dents à tout le monde, le sujet de l'ingérence russe aux élections présidentielles américaines. Donald Trump en prend aussi pour son grade au passage.

    «Lors de l'élection 2016, Poutine a utilisé cette arme pour la première fois dans l'espoir d'avoir un homologue nigaud égocentrique facile à manipuler. Des années de formation au sein du KGB ont préparé Poutine à faire face à Donald Trump, faible d'esprit. C'était un jeu d'enfant. Lorsque Trump a été déclaré vainqueur, au Kremlin, on applaudissait des deux mains. Ils avaient organisé un Pearl Harbor silencieux et a remporté la première bataille sans coup férir».

    Pas mal de sujets débattus dans un seul et même article, pourtant, cela ne suffit pas et ses auteurs vont encore plus loin. D'après l'article, une fois Trump arrivé au pouvoir, Vladimir Poutine n'a pas tardé à profiter de l'occasion pour déclencher une nouvelle guerre civile aux États-Unis avec la participation des radicaux de droite «armés jusqu'aux dents». Vladimir Poutine est arrivé à déclarer cette guerre discrètement, sans que le Président américain ne le remarque, précise le Huffington Post.

    En ce moment, de nombreux articles ont commencé à paraître sur le Net où l'on parlait de la menace faite aux «vrais Américains», de la guerre médiatique contre le Président élu et, enfin, du droit d'un peuple opprimé à renverser ses oppresseurs par la force. D'après le texte de l'article, au début de la fin, le déroulement de ces événements a été planifié à Moscou:

    «Les «milices» armées parcouraient les rues, la loi et l'ordre ont cessé de s'appliquer et la nation a été vaincue de l'intérieur. Les Américains se sont détruits eux-mêmes. C'est comme ça que la troisième guerre mondiale a fini».

    Et voilà, le manuel de l'histoire mondiale contemporaine est prêt: au sens limité et complètement déformé, mais enfin, dans l'esprit propre à la Main du Kremlin omniprésent.

    Lire aussi:

    Who is Mr. Putin: retour sur 17 ans de politique du dirigeant russe
    Vladimir Poutine promet à Viktor Orban de lui apprendre les bases théoriques du judo
    Poutine et cyrillique: la drôle de Une du New Yorker
    Tags:
    guerre mondiale, judo, Kremlin, KGB, Donald Trump, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik