Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    «Plan UK-US de fragmenter la Russie»: un orage d’intox du renseignement russe!

    © Sputnik . Alexei Nikolski
    International
    URL courte
    Par
    14734
    S'abonner

    La guerre contre les fake news, ça fait rire le renseignement russe! Les espions de la Main du Kremlin s'essaient désormais dans la création de fausses nouvelles dont celles sur un plan échoué américano-britannique de «fragmenter la Russie». À quoi bon? Qui sait, il faut demander aux auteurs de la théorie, toujours prêts à blâmer la Russie!

    Les services secrets russes n'aiment pas la facilité. Maintenant, face à la croisade hilarante contre les fake news, ils démontrent une dextérité à envier les autres: ils ont créé une fausse nouvelle, «donnant la parole» à un ex-chef du Mi-6 britannique qui parlait d'un plan pour faire s'effondrer la Russie élaboré par le Royaume-Uni et les États-Unis, et un site imitant le Guardian l'a publiée… visiblement pour que des médias russes puissent se plaindre de la méchante propagande occidentale.

    Un plan sophistiqué et digne de la Main du Kremlin (il était grand temps de s'essayer dans le journalisme!), selon des experts. Problème: dans cette histoire, ni le Guardian, ni le renseignement russe ne jouent un rôle.

    Passons à un petit éclairage. Le 12 août, un article titré «Un ancien chef du Mi-6 admet, face à Poutine, la défaite du plan stratégique de morcellement de la Russie» a vu le jour sur un site Web ressemblant fortement à celui du Guardian. À l'examiner de près, le lien du site était mal écrit grâce à l'utilisation de la lettre «ı» de l'alphabet turc à la place du «i». Sans trop tarder, les experts en exploits de la Main du Kremlin ont saisi l'occasion pour parler d'un nouveau plan maléfique de la Russie.

    «Un ancien chef du Mi-6 admet, face à Poutine, la défaite du plan stratégique de morcellement de la Russie», capture décran
    © Sputnik .
    «Un ancien chef du Mi-6 admet, face à Poutine, la défaite du plan stratégique de morcellement de la Russie», capture décran
    Le faux «Guardian», capture d'écran
    © Sputnik .
    Le faux «Guardian», capture d'écran

    L'article a vite fait le tour de la Toile, puis a été supprimé, mais l'histoire ne faisait que commencer. BuzzFeed a initié une enquête journalistique et a affirmé «avoir dénoncé des efforts conjoints de propager de fausses histoires destinées à enflammer les tensions internationales» par la publication d'un tel article. Cité par certains médias russes, le fake entretien de l'ex-chef du Mi-6 John Scarlett a été qualifié de «propagande russe», bien que certains médias occidentaux ne se soient pas non plus retenus de le relayer.

    Mais les révélations terrifiantes de BuzzFeed ne s'arrêtent pas là. À en croire la spécialiste Anne Applebaum, éditorialiste du Washington Post luttant contre «la désinformation venue de Russie» (qui peut, manifestement, donner un avis objectif), l'article en question n'est que l'œuvre des services de renseignement russes, ou de leurs affiliés, censé provoquer les adversaires.

    Puis, après avoir maintes fois mentionné la Russie et ses vils projets, BuzzFeed a néanmoins dû reconnaître qu'il n'avait pas pu établir de lien entre l'histoire publiée par le faux «Guardian» et le renseignement russe.

    Et pourtant, le média a décidé de creuser plus et a affirmé que le fake sur le Mi-6 n'était qu'un exemple d'une série d'histoires similaires publiées en l'état dans des médias tels qu'Al Jazeera, Haaretz ou The Atlantic. En guise d'exemple, un site imitant Al Jazeera (lui aussi avec une erreur dans l'appellation, Al Jaẓeera) avait auparavant publié un article selon lequel l'Arabie saoudite aurait soudoyé certains médias russes, dont la chaîne RT, afin qu'ils ne publient pas d'informations dénigrant ce royaume arabe.

    Ensuite, BuzzFeed a contacté Addilyn Lambert, mentionnée comme traductrice des articles sur le Mi-6 en russe, laquelle leur a répondu sur Facebook qu'elle était «étudiante et pas hacker». Le média a toutefois dit ne pas pouvoir «confirmer pleinement que la jeune femme était bien une personne réelle».

    Paraît-il qu'il y a trop de théories formulées mais infondées dans cette enquête… En tout cas, bon courage aux médias dans leur investigation sur les crimes atroces de la Main du Kremlin dont ils souhaitent tellement parler sans pour autant pouvoir les confirmer! Si seulement vous ne négligiez pas les vrais malfaiteurs alors que la Russie vous fait tourner la tête.

    Lire aussi:

    Pourquoi la rencontre entre Poutine et Gabriel préoccupe tellement le parti de Merkel?
    Au baromètre de la confiance internationale, Poutine bat Trump
    Challenge «à la russe»: montre ton torse comme Poutine
    Guardian: selon les habitants de cet État américain, Poutine est un «mec cool»
    «Le pire président»: les internautes réagissent au remerciement de Trump à Poutine
    Tags:
    enquête journalistique, La Main du Kremlin, La Faute Aux Russes, effondrement, faux, complot, désinformation, médias, renseignement, The Guardian, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik