Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed VI

    13 terroristes graciés par le roi du Maroc? Pas tout à fait!

    © AFP 2017 FETHI BELAID
    International
    URL courte
    54435421

    Le roi du Maroc Mohammed VI a gracié près de 415 personnes condamnées pour de nombreuses infractions, y compris environ 13 terroristes.

    Dans le cadre du 64e anniversaire de la révolution du roi et du peuple au Maroc, le roi Mohammed VI a gracié quelque 13 condamnés dans des affaires de terrorisme, a indiqué à Sputnik l'ambassadeur russe au Maroc, Valery Vorobiev. Pourtant, il ne s'agit pas d'une sortie immédiate de prison.

    «Cela n'est pas une libération, mais une réduction ou une commutation de la peine pour tous ces condamnés», a souligné Valery Vorobiev.

    Il a ajouté que «cette fois-ci, environ 415 personnes ont été graciées, y compris 13 ou 14 condamnés pour terrorisme».

    Le 20 août 1953, les autorités coloniales ont envoyé le roi Mohammed V en exil à Madagascar, afin d'éteindre la résistance nationale. Mais le 16 novembre 1955, le roi a fait un retour triomphal dans son pays, apportant la nouvelle de la fin du protectorat et de l'avènement de l'indépendance.

    La célébration de fêtes nationales ou religieuses est traditionnellement l'occasion pour le roi d'accorder sa grâce à des détenus ou des condamnés. Fin juillet, peu avant un discours du monarque marquant le 18e anniversaire de son accession au trône, Mohammed VI a accordé des grâces à 1.178 détenus, dont certains sont membres du mouvement de contestation dans la ville d'Al-Hoceïma et ses environs.

    Lire aussi:

    Catalogne: des inconnus attaquent une mosquée et le consulat du Maroc
    Turku, Barcelone… L’enquête sur les attentats en Europe mène vers le Maroc
    Le Maroc candidat à l’organisation de la Coupe du Monde 2026 de football
    Le Maroc espère un nouveau niveau du partenariat avec la Russie, selon l’ambassadeur
    Maroc: le PJD islamiste en plein questionnement
    Tags:
    grâce, terrorisme, Mohammed VI, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik