International
URL courte
10311
S'abonner

Les risques que l’intelligence artificielle fait courir à l’humanité sont décrits depuis longtemps, et les activistes tirent la sonnette d’alarme: une centaine de responsables d'entreprises de robotique, dont le milliardaire Elon Musk, ont écrit une lettre ouverte à l’Onu pour demander l’interdiction des armes autonomes.

Le PDG de SpaceX Elon Musk et le fondateur de DeepMind Mustafa Suleyman ont signé une lettre appelant à interdire le développement et l'utilisation des armes autonomes. Le document envoyé aux Nations unies a été soutenu par une centaine d'entrepreneurs, scientifiques et experts internationaux de 26 pays.

Les «armes offensives autonomes (…) permettront des conflits armés à une échelle jamais vue auparavant et à des vitesses difficiles à concevoir pour les humains», peut-on lire dans cette lettre ouverte à la convention des Nations unies sur les armes.

Les activistes préviennent que les armes autonomes pourraient être piratées par des terroristes, utilisées par des dictateurs contre les populations innocentes.

«Nous n'avons pas beaucoup de temps pour agir. Une fois ouverte cette boîte de Pandore, elle sera difficile à refermer. C'est pourquoi nous (vous) implorons de trouver le moyen de nous protéger de ces dangers», écrivent encore les signataires.

Elon Musk met régulièrement en garde contre les dangers de l'intelligence artificielle. Dans une lettre ouverte datée de 2015, le milliardaire sud-africain et Stephen Hawking ont débattu l'idée selon laquelle l'intelligence artificielle pourrait permettre le développement d'armes autonomes, faisant courir de gros risques à l'humanité.

Lire aussi:

Les armées de robots-tueurs, c’est pour bientôt?
En Chine, les robots mettent banquiers et spéculateurs au chômage
Modernisation de l’armée israélienne: les lamas bientôt remplacés par des robots
Chine: une cité des robots voit le jour à Hangzhou
Au Pakistan, il crée ses propre robots-serveuses, les clients de sa pizzeria ravis
Tags:
robot de combat, robot, ONU, Elon Musk
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook