International
URL courte
9115
S'abonner

Pyongyang affirme avoir proposé il y a quelques années à Washington d'introduire un moratoire sur ses essais nucléaires, mais n'a reçu alors qu'une réponse insatisfaisante.

La Corée du Nord avait bien proposé aux États-Unis de suspendre ses essais nucléaires mais Washington avait réagi en lançant des exercices militaires à grande échelle sur la péninsule coréenne, a déclaré Jin Jong Hyop, chargé d'affaires par interim de Corée du Nord en Russie.

«Il y a plusieurs années, nous avions déjà proposé d'introduire un moratoire sur nos essais nucléaires, si les États-Unis acceptaient de cesser leurs exercices militaires à grande échelle. Or, les États-Unis ont alors réagi à notre proposition en lançant de manœuvres d'une ampleur encore plus vaste», a affirmé le responsable nord-coréen.

Les tensions autour de la péninsule coréenne se sont aggravées ces derniers mois, Pyongyang et Washington ayant échangé plusieurs déclarations belliqueuses.

Récemment, la Corée du Nord a menacé de frapper l'île américaine de Guam située dans l'océan Pacifique, qui abrite notamment la base aérienne US d'Andersen et la base navale Apra Harbor. En réponse, le chef de la Maison-Blanche Donald Trump a promis qu'en cas de toute démarche agressive à l'égard de Guam le leader nord-coréen Kim Jong-un «le regretterait vite».

Depuis 2006, Pyongyang a réalisé cinq essais nucléaires, qui lui ont valu d'être soumis à plusieurs vagues de sanctions internationales. Elles ne l'ont cependant pas amené à renoncer au développement de l'arme atomique.

Lire aussi:

Il aurait cambriolé au moins 42 logements en utilisant cette technique particulière
Twitter signale un tweet de Trump sur les émeutes de Minneapolis pour «apologie de la violence»
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Défaut de paiement, un «désastre à grande échelle» à venir aux États-Unis
Tags:
exercices militaires, nucléaire coréen, Jin Jong Hyop, Corée du Nord, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook