International
URL courte
46903
S'abonner

La chancelière d’Allemagne Angela Merkel trouve absolument incorrecte l'idée d'une solution militaire pour la Corée du Nord, affirmant que Berlin ne prendra pas automatiquement le parti de Washington en cas d’une confrontation armée entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Angela Merkel répond par la négative à toute solution militaire pour la Corée du Nord et avertit que Berlin ne s'alignera pas automatiquement sur Washington si un conflit éclate entre les États-Unis et la Corée du Nord.

«Je dirai clairement: non. Je ne vois pas de solution militaire pour la Corée du Nord et je trouve cela absolument incorrect. Je pense que le spectre des instruments diplomatiques n'a pas été encore exploité», a-t-elle déclaré au cours d'une interview retransmise sur le site de Handelsblatt.

Elle a ainsi répondu à un journaliste qui lui demandait si l'Allemagne prendrait le parti des Américains en cas de l'éclatement d'un conflit entre Washington et Pyongyang.

«Non, automatiquement, non », a-t-elle martelé.

Ces dernières semaines, le ton n'a pas cessé de monter entre la Corée du Nord et les États-Unis. Pyongyang a menacé de tirer des missiles en direction de Guam après la promesse du Président américain de répondre par «le feu et la colère» à toute future menace nord-coréenne.

Cependant, les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord se sont apaisées tout récemment. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a décidé de ne pas mettre à exécution pour l'instant son projet de tir de missiles sur le territoire américain de Guam, un choix jugé «sage» par Donald Trump.

Lire aussi:

La Syrie promet d'abattre tout avion violant son espace aérien
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Éric Drouet exfiltré du Salon de l’Agriculture lors de la visite de Macron – vidéo
Tags:
engagement, conflit, Angela Merkel, Corée du Nord, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook