Ecoutez Radio Sputnik
    James Clapper

    En colère contre Kim Jong-un, Trump n’hésitera pas à «appuyer sur le bouton nucléaire»

    © AP Photo / Evan Vucci
    International
    URL courte
    68857

    Prenant en compte les dernières déclarations de Donald Trump au sujet du dirigeant Nord-coréen, Kim Jong-un, l'ancien directeur du renseignement national des États-Unis, James Clapper, s'est dit préoccupé par le fait que la Président américain a un accès incontrôlable aux codes nucléaires.

    James Clapper, directeur des services de renseignement américains de 2010 à 2017, a exprimé ses préoccupations concernant le comportement de Donald Trump et l'accès qui est le sien aux codes nucléaires. De plus, M. Clapper a également fait part de ses doutes quant aux compétences professionnelles du Président en exercice.

    «Si, dans un accès de colère, il [Trump, ndlr] décide de faire quelque chose contre Kim Jong-un, pratiquement personne ne pourra l'arrêter. L'ensemble du système [d'une frappe nucléaire, ndlr] est conçu pour fournir une réponse instantanée si nécessaire. Le contrôle du recours à la solution nucléaire est presque inexistant, ce qui est très inquiétant», a déclaré Clapper dans une interview accordée à CNN.

    Donald Trump a précédemment échangé des menaces avec le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un. Le Président de la Corée du Nord (RPDC) a menacé de lancer des missiles dans la direction de l'atoll américain de Guam dans l'océan Pacifique, le locataire de la Maison-Blanche lui a, à en retour, promis «le feu et la colère que le monde a jamais vu».

    Lire aussi:

    Trump dément à nouveau tous liens avec la Russie
    Simonian en voudra à James Clapper s'il ne lui consacre pas un chapitre dans ses mémoires
    L'ex-chef du renseignement US accuse la Russie de diffuser des «fake news» sur elle-même
    Tags:
    codes nucléaires, menaces, Defense Intelligence Agency (Agence du renseignement de la défense), Donald Trump, James Clapper, Kim Jong-un, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik