Ecoutez Radio Sputnik
    WikiLeaks founder Julian Assange is seen on the balcony of the Ecuadorian Embassy in London, Britain, May 19, 2017

    «La Corée du Sud est le Cuba chinois» pour les États-Unis

    © REUTERS / Peter Nicholls
    International
    URL courte
    18253

    Les États-Unis pourraient profiter de la crise nord-coréenne à leur manière, estime le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. D’après lui, le déploiement du système THAAD en Corée du Sud pourrait être le but principal de Washington. Un scénario qui rappelle la crise des missiles de Cuba de 1962.

    Le conflit avec la Corée du Nord pourrait servir aux États-Unis pour déployer leur système de missiles antibalistiques THAAD à la frontière chinoise, a déclaré Julian Assange sur son compte Twitter. Il a ainsi établi un parallèle avec la crise des missiles de Cuba de 1962 qui avait amené le monde au bord d'une guerre nucléaire.

    «La Corée du Sud est le Cuba chinois. En provoquant un conflit avec le Nord, les États-Unis se créent un prétexte pour le déploiement du système THAAD», affirme-t-il sur Twitter.

    Et de poursuivre:

    «Probablement, le but des États-Unis serait de déployer des bombes nucléaires en Corée du Sud? Dans ce cas, on peut s'attendre à une réaction de la Chine. Elle a plusieurs leviers économiques et militaires.»

    La Corée du Sud et les États-Unis ont exprimé dimanche leur intention de déployer davantage de systèmes de défense antimissile en réponse à l'essai nucléaire réalisé dimanche par la Corée du Nord. Deux lance-missiles du bouclier antimissile américain THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) ont déjà été installés en Corée du Sud et sont opérationnels. Mais Séoul avait ensuite gelé tout déploiement supplémentaire en raison des préoccupations des habitants quant à l'impact du système sur l'environnement.

    Pendant la crise des missiles de Cuba de 1962, le décompte était fait heure par heure: en réponse au déploiement des missiles russes à Cuba, les Américains étaient prêts à entamer des actions militaires. Heureusement, le pire a été évité, mais aujourd'hui encore, le monde se retrouve au bord d'une guerre nucléaire, vu la tension autour du programme nucléaire et balistique de Pyongyang. Toute provocation est extrêmement dangereuse dans ces conditions.

    Lire aussi:

    Pentagone: la destruction de la Corée du Nord pas souhaitable, mais possible
    Trump s’exprime sur l’opportunité d’attaquer militairement la Corée du Nord
    «Les mots ne fonctionneront pas»: Trump juge la Corée du Nord «dangereuse» pour les USA
    Utrecht: l’auteur présumé de la fusillade arrêté, selon la police
    Tags:
    Julian Assange, Corée du Nord, Corée du Sud, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik