Ecoutez Radio Sputnik
    La police birmane

    Les violences en Birmanie font plus de 1.000 victimes

    © REUTERS/ Soe Zeya Tun
    International
    URL courte
    1928

    1.000 personnes ont perdu la vie depuis le 25 août dans l'escalade de violences en Birmanie, 20.000 personnes ayant tenté de fuir le pays sont bloquées à la frontière avec le Bangladesh, a déclaré le rapporteur spécial des Nations unies, Yanghee Lee, citée par The Hindu.

    La montée des tensions en Birmanie, théâtre de violents affrontements entre les forces gouvernementales et les représentants de la minorité musulmane rohingya, a fait plus de 1.000 morts depuis le 25 août, a fait savoir le rapporteur spécial des Nations unies, Yanghee Lee, citée par le journal indien The Hindu.

    En outre, 20.000 personnes qui tentaient de quitter le pays se sont retrouvées bloquées à la frontière avec le Bangladesh, a-t-elle ajouté. Au total, 50.000 personnes ont tenté de franchir la frontière mais seulement 30.000 y sont parvenues.

    Yanghee Lee a cependant précisé que les informations dont elle dispose sont difficiles à vérifier, le bilan des violences pouvant s'avérer encore plus élevé.

    Dans l'État d'Arkan, subdivision administrative de la Birmanie, les militaires birmans et les forces de sécurité mènent une opération contre les combattants islamistes issus des Rohingyas, minorité musulmane implantée dans l'ouest du pays. Les autorités du pays considèrent ces derniers comme des immigrés illégaux venus du Bangladesh et refusent d'octroyer la citoyenneté à la majorité d'entre eux.

    Les Rohingyas ont été réinstallés dans l'État d'Arakan au XIXe et au début du XXe siècle par les autorités coloniales britanniques. Avec une population totale d'environ un million et demi de personnes, ils constituent actuellement la majorité de la population de l'État. Toutefois, très peu d'entre eux ont la citoyenneté birmane. Le conflit entre les Rohingya et les bouddhistes locaux a une longue histoire.

    Toutefois, les affrontements armés et la crise humanitaire n'ont commencé qu'après le transfert du pouvoir par la junte militaire à un gouvernement civil.

    Les tensions sont montées d'un cran le 25 août, faisant au moins 400 morts et poussant 73.000 personnes, principalement des Rohingyas, à passer au Bangladesh, a fait savoir la presse. Dans le même temps, des milliers de bouddhistes et d'hindous ont fui vers les grandes villes de la région.

    Lire aussi:

    Poutine et al-Sissi condamnent les violences en Birmanie
    Birmanie: Moscou appelle les parties en conflit à se mettre à la table des négociations
    Attaques en Birmanie: l’évacuation des habitants se poursuit
    Tags:
    Rohingya, victimes, ONU, Myanmar, Bangladesh
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik