Ecoutez Radio Sputnik
    «Macron, Seigneur des anneaux»: les internautes se lâchent sur les JO 2024

    «Macron, Seigneur des anneaux»: les internautes se lâchent sur les JO 2024

    © REUTERS/ Christian Hartmann/File Photo
    International
    URL courte
    572585043

    Alors que la capitale française vient d’être choisie pour accueillir les Jeux olympiques en 2024, soit la deuxième fois en cent ans, cette perspective laisse songeurs les internautes qui sont nombreux à évoquer la situation budgétaire délicate et les problèmes sociaux non résolus … Sans oublier une touche d’humour.

    Ça y est, c'est officiel: après un siècle d'attente et d'échecs frustrants, Paris triomphe en décrochant l'organisation des Jeux olympiques 2024.

    ​Malgré son caractère solennel, cet évènement, aussi remarquable soit-il, a suscité de vives réactions des internautes que pourrait résumer l'expression «joie mêlée de larmes». Alors que certains ne cachent pas leur enthousiasme, d'autres sombrent dans le pessimisme.

    ​Par ailleurs, qualifiant cette compétition sportive luxueuse de «gouffre budgétaire», de nombreux internautes ont émis des critiques acerbes, accusant le gouvernement d'être responsable de l'aggravation de la crise économique.

    ​La situation sécuritaire dans le pays n'a pas non plus échappé aux critiques.

    ​Par ailleurs, la question de la construction de logements sociaux n'a pas été oubliée par les plus rancuniers.

    ​Certains ont toutefois préféré garder le sourire en laissant libre cours à l'ironie et en proposant des solutions originales.

    ​Au XXe siècle, Paris a déjà été ville hôte des Jeux olympiques en 1900 et 1924.

    Lire aussi:

    JO 2024: malgré les risques budgétaires, les Français largement favorables aux Jeux
    Migrants, faites-vous «le plus discrets possible», Macron arrive à Lyon
    Paris assurée d'accueillir les JO en 2024 ou 2028
    Tags:
    réactions, internautes, crise économique, argent, sport, JO 2024, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik