International
URL courte
72e session de l'Assemblée générale de l'Onu (22)
1781746
S'abonner

Le Président Vladimir Poutine ne s’est pas rendu à la 72e session de l'Assemblée générale des Nations unies, qui s'est ouverte le 12 septembre à New York. Son porte-parole Dmitri Peskov en explique les causes.

Le fait que le Président russe ne prenne pas part à la session de l'Assemblée générale de l'Onu cette année préoccupe les médias. Selon le porte-parole du Président, Dmitri Peskov, il n'y a rien là d'inhabituel.

«La position de la Russie par rapport à l'Onu, son rôle de premier plan dans les affaires mondiales, son rôle de leader, sont bien connus. Le Président Poutine a confirmé à plusieurs reprises son engagement envers cette ligne», a déclaré Dmitri Peskov.

Et d'ajouter: «En réalité, cette année, l'agenda du Président ne lui a pas permis d'assister à la session de l'Assemblée générale des Nations unies, et il ne le fait pas tous les ans. C'est pourquoi, il n'y a rien là d'inhabituel.»

Selon Dmitri Peskov, la délégation russe sera conduite par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui réalisera «des contacts très intensifs en marge de l'Assemblée générale».

L'Assemblée générale des Nations unies s'est ouverte le 12 septembre. À partir du 19 septembre, les discussions sur les questions politiques générales sont prévues.

Il est à noter que cette année le Président américain Donald Trump prononcera un discours dans le cadre de la 72e session de l'Assemblée générale de l'‪Onu, pour la première fois à la tribune de marbre vert.

Dossier:
72e session de l'Assemblée générale de l'Onu (22)

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Coronavirus: l'épidémie «s'accélère», la situation est «grave», selon Xi Jinping
La consommation de cette huile pourrait modifier génétiquement votre cerveau
Tags:
Assemblée générale des Nations unies, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik