International
URL courte
Julian Assange réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres, 2012-2019 (127)
2210
S'abonner

Le Président équatorien Lenin Moreno a promis de ne pas retirer l'asile au père fondateur du projet WikiLeaks jusqu'à ce que sa vie ne soit plus en danger.

L'Équateur continuera à offrir l'asile au fondateur de WikiLeaks Julian Assange tant que sa vie sera en danger, a déclaré le Président de ce pays latino-américain Lenin Moreno dans un entretien accordé à RT.

«L'Équateur a pris la décision d'accorder l'asile politique à monsieur Assange puisque nous estimions, tout comme M.Assange lui-même, que sa vie était en danger. Il n'y a pas de peine capitale en Équateur, c'est pourquoi notre pays était en droit de l'accueillir. Nous continuerons à le protéger tant que nous considérerons que sa vie est menacée», a fait savoir M.Moreno.

Dans le même temps, il a rappelé que les autorités équatoriennes avaient prié Julian Assange de s'abstenir de commentaires concernant la politique menée par le pays et ses alliés.

«Il a continué à exprimer sa position à cet égard, et nous le lui permettons afin de ne pas limiter sa liberté d'expression, mais nous le prions avec insistance de ne pas le faire», a souligné le dirigeant équatorien.

Depuis juin 2012, Julian Assange vit réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres par crainte d'être extradé vers les États-Unis où il risque une lourde condamnation pour la divulgation de documents confidentiels militaires et diplomatiques.

Dossier:
Julian Assange réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres, 2012-2019 (127)

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Coronavirus: l’épidémie fait monter le cours de l’or et «la banque centrale américaine ne le veut pas»
Deux militaires turcs tués dans une frappe à Idlib, 114 cibles syriennes éliminées dans une contre-attaque
Un grand requin blanc filmé au plus près par deux pêcheurs insouciants – vidéo
Tags:
asile politique, WikiLeaks, Julian Assange, Equateur, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook