International
URL courte
37644
S'abonner

Après avoir entendu le ministre des Affaires étrangères nord-coréen Ri Yong-ho le qualifier, depuis la tribune de l’Onu, de «personne dérangée» et de «mégalomane», Donald Trump n’a pas pu rester coi: il a répondu par des menaces directes à l’encontre des autorités nord-coréennes sur Twitter.

Pour Donald Trump, Kim Jong-un est fou. Pour Pyongyang, Donald Trump est mégalomane. L'escalade verbale ne cesse de s'intensifier entre la Corée du Nord et le Président américain, et sur une tonalité passablement agressive, après le vol de bombardiers américains près des frontières nord-coréennes et le discours de Ri Yong-ho devant l'Onu.

Donald Trump a commenté ainsi, sur Twitter, l'intervention du chef de la diplomatie nord-coréenne à la 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu.

«Je viens d'entendre le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord s'exprimer aux Nations unies. S'il se fait l'écho des pensées du "petit homme fusée", ils ne seront plus là pour très longtemps», a-t-il écrit.

À la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a qualifié samedi d'insultes les propos tenus par le Président américain Donald Trump au sujet du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, avant de proférer de nouvelles menaces à l'endroit des États-Unis. Qualifié de «gangster», de «personne dérangée», et de «roi menteur», le dirigeant américain «représente l'une des plus grandes menaces pour la paix», a ajouté le ministre.

Outre l'escalade verbale, une démonstration de force américaine s'est ajoutée au conflit entre Washington et Pyongyang. Des bombardiers US ont survolé une partie de la côte orientale de la Corée du Nord pour montrer que Washington dispose «de nombreuses options militaires», a annoncé samedi le Pentagone.

Pyongyang a récemment déclaré avoir achevé les préparatifs d'une frappe contre l'île de Guam, située dans l'océan Pacifique, qui abrite la base aérienne américaine d'Andersen et la base navale Apra Harbor.

Lire aussi:

Qui sont ces quatre hommes qui ont battu à mort un sexagénaire pour une remarque?
Raoult affirme avoir des preuves que le remdesivir favorise l’apparition de variants – vidéo
Le Président tchadien Idriss Déby est mort de «blessures reçues au front», annonce l'armée
Une image inédite de Xavier Dupont de Ligonnès et ses fils au stand de tir
Tags:
réponse, insulte, discours, Ri Yong-ho, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook