International
URL courte
16324
S'abonner

Le rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) sur les violations des droits de la population de la Crimée, a été rédigé «à distance» sur la base de rumeurs qui ne correspondent pas à la réalité, estime un membre du Conseil de la Fédération, Sergueï Tsékov.

Un membre du Comité des affaires étrangères du Conseil de la Fédération et représentant de la Crimée, Sergueï Tsékov, a commenté dans une interview accordée à la chaîne RT le rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), qui fait référence aux «violations multiples» des droits de la population dans la péninsule russe.

«Ce rapport me surprend. Ses auteurs ne sont pas venus en Crimée, ils n'ont rencontré personne, ils n'ont pas vu la situation de leurs propres yeux mais ils tirent des conclusions à distance. Quelqu'un leur parle de la violation des droits de l'homme en Crimée, et sans le vérifier, ils reproduisent ces rumeurs mille fois et sur de nombreuses pages», a déclaré Tsekov.

Il a noté que l'Onu n'avait fait aucun rapport sur la violation des droits du peuple russe pendant que la Crimée faisait partie de l'Ukraine. En particulier, cette organisation a gardé le silence sur l'éviction de la langue russe de la vie publique.

La Crimée est redevenue russe après la tenue du référendum du 16 mars 2014 au cours duquel plus de 96 % des habitants de la péninsule se sont prononcés pour la réunification avec la Russie.

Cette consultation populaire a été organisée après le coup d'État de février 2014 en Ukraine, quand des politiques solidaires de forces nationalistes, y compris russophobes, sont arrivés au pouvoir à Kiev.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Tags:
Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HDCH), Sergueï Tsékov, Russie, Crimée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook