Ecoutez Radio Sputnik
    Khan Cheikhoun

    Attaque à Khan Cheikhoun: Moscou dispose de preuves de la responsabilité des terroristes

    © REUTERS / Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    46840

    La Russie dispose de preuves irréfutables que les terroristes ont fait exploser une bombe au gaz sarin à Khan Cheikhoun en avril dernier, estime le ministère russes des Affaires étrangères.

    «Nous suivons de près le développement de la situation. Un bon nombre de données inculpent objectivement les terroristes, qui ont effectué l'explosion à des fins provocatrices», a déclaré devant les journalistes le directeur du Département sur la non-prolifération et le contrôle des armes du ministère russe des Affaires étrangères, Mikhail Oulianov, à propos de l'attaque chimique de Khan Cheikhoun, perpétrée en avril dernier.

    Aucune violation des accords en vigueur sur l'élimination de l'arsenal chimique en Syrie n'a été effectuée de la part de Damas, a-t-il ajouté.

    «Rien ne prouve qu'il s'agisse d'une bombe aérienne. La forme du cratère démontre toutefois, selon certains experts, qu'il pourrait s'agir d'une bombe terreste, ce qu'ont d'ailleurs confirmé des experts militaires américains», a souligné le directeur du Département.

    La Commission d'enquête des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en Syrie a rendu public, mercredi 6 septembre, un rapport faisant état de 25 cas d'emploi d'armes chimiques entre mars 2013 et mars 2017. La Commission conclut que dans 20 cas les attaques avaient été effectuées par les forces gouvernementales, essentiellement contre des civils. Les enquêteurs onusiens indiquent toutefois qu'ils ne possèdent aucun reste physique de bombe et qu'ils ne se sont pas rendus sur les lieux, Damas ne les autorisant pas à entrer en Syrie.

    Les autorités syriennes ont déclaré à plusieurs reprises qu'elles n'ont jamais eu recours aux armes chimiques contre les civils ni contre les terroristes et que tout l'arsenal chimique avait été retiré du pays sous contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Les réserves syriennes d'armes chimiques ont été sorties du pays et en janvier 2016, l'OIAC a annoncé que l'arsenal chimique syrien avait été détruit.

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    Attaque à Khan Cheikhoun: «Toutes les accusations contre Damas sont sans fondement»
    Rapport de l'Onu sur l'attaque au gaz sarin en Syrie: «un faux politiquement biaisé»
    Damas n'a pas employé et n'emploiera jamais d'armes chimiques contre les Syriens
    Tags:
    attaque chimique, terrorisme, Khan Cheikhoun, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik