International
URL courte
24119
S'abonner

Le centre de réflexion et d’analyse politique Policy Exchange a publié un rapport qui présente la liste des pays dont les internautes consomment le plus la propagande en ligne de Daech.

Voici les cinq pays dont les habitants consultent le plus souvent les contenus de propagande de Daech, selon le centre de réflexion et d'analyse politique Policy Exchange. Les données utilisées pour établir ce classement ont été collectées entre février et mai 2017.

La Turquie arrive en tête de la liste avec 16.8%, viennent ensuite les États-Unis, avec 10.3%. L'Arabie saoudite les suit de très près, avec 10.2%. Puis viennent l'Irak et le Royaume-Uni avec respectivement 8.1% et 6.1%. Le nombre de clics des habitants des Etats-Unis sur les contenus djihadistes est impressionnant. Avec 10.3%, ils sont proches de la Turquie et de l'Irak, deux pays beaucoup plus menacés qu'eux par les foyers terroristes. La Syrie trouve sa place au bas de la liste. Et de noter que la Russie n'entre ni dans le Top-5, ni dans le Top-10. 

La Première ministre britannique Theresa May a déjà demandé aux géants du net de bloquer la diffusion de contenus postés par les réseaux extrémistes. Quoi qu'il en soit, les grandes compagnies d'Internet ne parviennent toujours pas à enrayer ce phénomène.

Policy Exchange a publié le 20 septembre dernier un rapport intitulé «La nouvelle guerre du Net». Ce document de 130 pages montre que Daech continue à poster chaque semaine sur la Toile une centaine de contenus, notamment des vidéos montrant des scènes d'exécution et des instructions pour la fabrication de bombes.

Lire aussi:

Alerte à la bombe: l’Arc de triomphe évacué - images
Couvre-feu à 21h: le bois de Boulogne, un no man’s land – vidéo
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Tags:
réseaux sociaux, Internet, propagande, terrorisme, Daech, Theresa May, Arabie Saoudite, Turquie, Syrie, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook