Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou

    Moscou met Washington en garde contre une sortie de l'accord nucléaire iranien

    © Sputnik . Evgeny Biyatov
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2017) (60)
    2391

    Le Kremlin met en garde contre le retrait de «pays clés» de l'accord sur le dossier nucléaire iranien signé en 2015 par Téhéran et les grandes puissances, dont la Russie et les États-Unis.

    La sortie des États-Unis de l'accord global sur le nucléaire iranien entraînerait des conséquences négatives, a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

    «Le Président Poutine a à plusieurs reprises relevé l'importance de l'accord sur le dossier nucléaire iranien. Sans aucun doute, la sortie d'un pays clé tel que les États-Unis de cet accord aura des conséquences négatives», a indiqué M.Peskov.

    Précédemment, les médias américains se référant à un haut responsable US ont affirmé que Donald Trump pourrait refuser de certifier au Congrès que Téhéran applique bien l'accord sur son programme nucléaire signé le 14 juillet 2015 à Vienne par l'Iran et les grandes puissances.

    D'après le Washington Post, une telle décision marquerait la première étape d'un processus qui pourrait aboutir à la reprise des sanctions US contre l'Iran.

    Plus tôt dans la journée, la porte-parole de la diplomatie chinoise Hua Chunying a déclaré que Pékin espérait que l'accord nucléaire iranien serait maintenu en dépit des critiques de Donald Trump. Selon Mme Hua, le document a joué un rôle positif et important dans la non-prolifération et la protection de la paix et de la stabilité au Proche-Orient.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2017) (60)

    Lire aussi:

    Ce qu'ont évoqué Poutine, Macron et Merkel lors de leur échange téléphonique
    Un «CRS» faisant la fête avec les Gilets jaunes: une révélation inattendue des policiers
    Six mois de Gilets jaunes: «Le processus révolutionnaire est enclenché»
    Tags:
    programme nucléaire iranien, sécurité, Donald Trump, Hua Chunying, Dmitri Peskov, Iran, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik