International
URL courte
1182926
S'abonner

Une quinzaine d'associations africaines ont déposé une plainte à la Cour pénale internationale contre Nicolas Sarkozy, accusé d'être l'un des responsables de l'assassinat du colonel Kadhafi en 2011 en Libye.

Kadhafi
© AFP 2021 Christophe Simon
Plusieurs mouvements et associations de la société civile africaine ont déposé une plainte à la Cour pénale internationale (CPI) à l'encontre de l'ancien Président français Nicolas Sarkozy. Ils accusent l'ex-locataire de l'Élysée d'avoir provoqué l'intervention en Libye qui a débouché en 2011 sur la chute et la mort du colonel Mouammar Kadhafi.

Le weekend dernier, des militants se sont réunis à Bamako pour former le Front panafricain de la société civile (Fispa) destiné à «défendre l'Afrique, la démocratie, la dignité et les droits de l'homme».

«Nous portons cette plainte contre Nicolas Sarkozy pour l'assassinat de Kadhafi parce que cela a des conséquences dramatiques et néfastes sur le continent et les populations africaines», a expliqué le membre guinéen du Fispa Elie Kamano, cité par RFI.

L'intervention de l'Otan en Libye, alors qu'y régnait une guerre civile entre les forces pro- et anti-Kadhafi, a entraîné la chute de son régime tout en plongeant le pays dans un chaos sécuritaire. La France a été le premier pays à porter une frappe aérienne contre des objectifs militaires libyens, suivie le même jour par le Royaume-Uni et les États-Unis.

En juin dernier, le Président Emmanuel Macron avait estimé que la participation des Forces armées françaises à l'opération libyenne avait été une erreur.

«La France n'a pas participé à la guerre en Irak et elle a eu raison. Et elle a eu tort de faire la guerre de cette manière en Libye. Quel fut le résultat de ces interventions? Des États faillis dans lesquels prospèrent les groupes terroristes», a déclaré le leader français.

Lire aussi:

Jets de projectiles, renforts envoyés: deuxième nuit de violences urbaines à Tourcoing - vidéo
Navalny hospitalisé dans une unité de soins va subir une vitaminothérapie
La France a répandu l'analphabétisme en Algérie, selon un conseiller du Président Tebboune
Tags:
conflit, meurtre, intervention, justice, Front panafricain de la société civile (Fispa), Cour pénale internationale (CPI), OTAN, Mouammar Kadhafi, Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Afrique, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook