International
URL courte
Nucléaire iranien (2017) (60)
6421
S'abonner

La Russie, signataire de l'accord sur le programme nucléaire iranien, a prévenu ce vendredi qu'un retrait des États-Unis aurait des conséquences «extrêmement négatives».

Si les États-Unis sortent de l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran, cela aurait des effets négatifs à l'échelle mondiale, a affirmé ce vendredi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

«Les démarches de ce type nuiront incontestablement au climat de prévisibilité, de sécurité, de stabilité et de non-prolifération dans le monde entier. Ceci est capable d'aggraver sérieusement la situation autour du dossier nucléaire iranien», a-t-il indiqué.

Rappelant l'intention de Téhéran de révoquer l'accord en cas de sortie de Washington, le porte-parole a confirmé l'attachement de Moscou au règlement de la crise autour du dossier, tout en mettant en garde contre les conséquences d'un retrait américain.

«Dans tous les cas de figure, les démarches américaines de ce type auraient des conséquences extrêmement négatives», a-t-il affirmé.

Donald Trump a prévu de s'exprimer vendredi en milieu de journée, probablement pour annoncer qu'il refuse de ratifier l'accord conclu en juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien qu'il a qualifié à plusieurs reprises de «pire qui soit».

Le traité a été signé par l'Iran, les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Union européenne. Il vise à limiter les activités nucléaires de la République islamique en échange de la levée des sanctions internationales qui la frappent.

Dossier:
Nucléaire iranien (2017) (60)

Lire aussi:

Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Un hélicoptère militaire pris pour cible depuis le sol aux États-Unis
Un garde-pêche de 70 ans roué de coups et blessé à l’œil par des jeunes qui fumaient une chicha
Un incendie frappe une mosquée à Lyon, la piste criminelle privilégiée – vidéo
Tags:
nucléaire, Iran, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook