Ecoutez Radio Sputnik
    Situation à Khan Cheikhoun, image d'illustration

    Moscou enclin à penser que l’incident chimique à Khan Cheikhoun est une mise en scène

    © REUTERS/ Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    174308571

    La Russie penche sur le fait que l’incident chimique du 4 avril à Khan Cheikhoun puisse être une mise en scène, a déclaré le directeur du Département sur la non-prolifération et le contrôle des armes du ministère russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Oulianov.

    Intervenant lors d'un briefing sur le dossier chimique syrien en marge de la 72e session de l'Assemblée générale de l’Onu, Mikhaïl Oulianov a appelé à étudier la version sur une mise en scène de l’incident chimique qui était survenu à Khan Cheikhoun, en Syrie, le 4 avril 2017.

    «Nous nous attendons à ce que la version d’une mise en scène de l'incident [à Khan Cheikhoun, ndlr], elle aussi, soit soigneusement étudiée. Honnêtement, de plus en plus, nous penchons sur cette version», a-t-il indiqué.

    Il a également souligné que le Mécanisme d'enquête conjoint Onu-Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) disposait de toutes les conditions pour mener une inspection sur l'aérodrome de Shayrat où, selon les Américains, était stocké le gaz sarin utilisé à Khan Cheikhoun. Pourtant, «pour une raison inconnue», il refuse de le faire.

    «Il reste plus d'un mois avant l'expiration du mandat actuel du Mécanisme d'enquête conjoint Onu-OIAC, au cours duquel il est possible de sélectionner et d'analyser des échantillons. Mais la direction du Mécanisme, pour des raisons inconnues, refuse catégoriquement de donner les instructions appropriées. Je crains que cela témoigne non seulement de l'incapacité, mais aussi de la réticence à mener une enquête véritablement qualitative, sinon il est difficile d'explique la situation actuelle», a conclu le diplomate.

    L'opposition syrienne a annoncé le 4 avril qu'une attaque aux armes chimiques avait fait 80 morts et 200 blessés à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, accusant les troupes gouvernementales syriennes d'être à l'origine de la dispersion chimique. Le commandement syrien a rejeté la responsabilité de l'incident sur les djihadistes et leurs alliés. Les autorités du pays ont rappelé qu'elles n'avaient jamais utilisé des armes chimiques contre les civils et les terroristes et que l'arsenal chimique syrien avait été retiré du pays sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Lire aussi:

    Moscou dénonce la «qualité» de l’enquête sur les armes chimiques menée par l’OIAC en Syrie
    L’OIAC refuse d'envoyer ses experts pour enquêter sur l’incident chimique à Khan Cheikhoun
    Enquête sur les armes chimiques en Syrie: la visite des experts Onu-OIAC indispensable
    Tags:
    sarin, opposition, attaque chimique, ONU, OIAC, Mikhaïl Oulianov, États-Unis, Shayrat, Idlib, Khan Cheikhoun, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik