International
URL courte
24477
S'abonner

En annonçant vendredi son refus de certifier l'accord sur le nucléaire iranien, Donald Trump porte atteinte à la sécurité des États-Unis ainsi qu’à celle de leurs alliés, a affirmé l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry.

L'ancien chef de la diplomatie américaine, négociateur du texte sur le nucléaire iranien de 2015, a violemment fustigé vendredi le refus de l'actuel chef de la Maison-Blanche Donald Trump de certifier les engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire.

«Cela met en danger les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis et de leurs plus proches alliés», a-t-il prévenu dans un communiqué, qualifiant cette démarche de «dangereuse» et affirmant qu'elle «ouvrait une crise internationale».

«Quelle qu'en soient les causes, la réalité est qu'en déstabilisant cet accord, le Président affaiblit notre position, nous éloigne de nos alliés, renforce les Iraniens conservateurs, rend le problème nord-coréen plus dur à résoudre et risque de nous approcher d'un conflit militaire d'envergure», a écrit M. Kerry.

Le Président américain a annoncé vendredi la «non-certification» des engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire, tout en ne quittant pas ce texte conclu par Téhéran et six grandes puissances.

Parallèlement, il a incité le Congrès à durcir les conditions de l'accord. Une proposition de loi est déjà en cours d'élaboration: elle autoriserait le retour des sanctions si l'Iran se retrouvait à moins d'un an de la production d'une arme nucléaire.

Lire aussi:

Un important incendie suivi de déflagrations dans le centre de Moscou - vidéos
«On aurait dit une guerre civile»: des fêtards en Bretagne reviennent sur la nuit d’affrontements avec la gendarmerie
En France, le nombre de nouvelles contaminations toujours en dessous de 3.000
Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: un homme perd sa main - images
Tags:
nucléaire, Donald Trump, John Kerry, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook