Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne

    L’Iran pourrait se retirer de l’accord sur le nucléaire en cas de reprise des sanctions

    © Sputnik . Vitaly Belousov
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2017) (60)
    7141
    S'abonner

    Face au durcissement de la stratégie américaine vis-à-vis de l’Iran, qui envisage de reprendre les sanctions anti-iraniennes, Téhéran menace de se retirer du Plan d'action conjoint.

    L'Iran pourrait envisager son retrait du Plan d'action conjoint si les États-Unis essaient de rétablir les sanctions anti-iraniennes dont l'adoucissement était prévu par cet accord, signé en juillet 2015.

    «Si l'Iran sent à un moment que les démarches entreprises par la partie opposée en matière de levée des sanctions ne sont pas suffisantes pour la République islamique, le pays aura plusieurs variantes à envisager, dont l'une est de se retirer de l'accord nucléaire», a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, cité par Bloomberg.

    Si les sanctions sont reprises dans les domaines vitaux pour Téhéran, comme la commercialisation de pétrole et d'avions, l'Iran aura le droit de décider de sa présence ou non dans l'accord nucléaire, selon lui.

    Donald Trump a menacé vendredi de mettre fin «à tout moment» à l'accord international qui vise à empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique, provoquant l'inquiétude des autres pays signataires et ouvrant une période de grande incertitude. Le Président américain a annoncé vendredi la «non-certification» des engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire et a dit envisager d'appeler la communauté internationale à s'unir pour faire pression sur le Corps des gardes de la révolution islamique. Cependant, le Président américain a assuré que son pays ne s'en retirerait pas pour l'instant.

    Parallèlement, il a incité le Congrès à durcir les conditions de l'accord. Une proposition de loi est déjà en cours d'élaboration: elle autoriserait le retour des sanctions si l'Iran se retrouvait à moins d'un an de produire une arme nucléaire.

    Le Plan d'action conjoint est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies: les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne), ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2017) (60)

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Réforme des retraites: et les perdants sont… toujours les mêmes
    Tags:
    Plan global d'action conjoint (JCPOA), programme nucléaire iranien, nucléaire, Mohammad Javad Zarif, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik