International
URL courte
1316
S'abonner

Durcissant sa stratégie vis-à-vis de Téhéran et menaçant de reprendre les sanctions anti-iraniennes, Washington risque d'ouvrir «une nouvelle boîte de Pandore», a affirmé le sénateur russe Alexeï Pouchkov.

Les États-Unis jouent avec le feu en mettant en doute l'accord sur le nucléaire iranien, estime le sénateur russe Alexeï Pouchkov.

«Il faut envisager avec tout son sérieux l'avertissement de l'Iran au sujet de son éventuel retrait de l'accord sur le nucléaire. Les États-Unis s'apprêtent à ouvrir une nouvelle boîte de Pandore», a écrit dimanche sur Twitter Alexeï Pouchkov, membre du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

Le Président américain Donald Trump a annoncé vendredi dernier la «non-certification» des engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire et a incité le Congrès à durcir les conditions de l'accord. En outre, il a dit que Washington introduirait de nouvelles sanctions contre Téhéran pour son soutien du terrorisme. En réaction à ces propos, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a indiqué que l'Iran pourrait envisager son retrait du Plan global d'action conjoint.

Le Plan global d'action conjoint est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies: les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne), ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

Lire aussi:

Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
«Injectés ou éjectés?»: 10e acte de manifestations contre le pass sanitaire que Macron compte alléger - vidéo
Le canon Caesar toujours aussi performant: Prague proche d’en commander 52 unités
«Vite Mon Prénom», le site qui moque la proposition de Zemmour
Tags:
Iran, États-Unis, Autriche, Vienne (Autriche), Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Allemagne, Téhéran, Alexeï Pouchkov, Mohammad Javad Zarif, Donald Trump, Union européenne (UE), programme nucléaire iranien, sanctions, retrait
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook