Ecoutez Radio Sputnik
    Ali Larijani

    Accord sur le nucléaire: un plan d'action iranien prévu en cas de retrait des USA

    © AFP 2019 FABRICE COFFRINI
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2017) (60)
    7200
    S'abonner

    Téhéran a élaboré un plan d'action au cas où Washington déciderait de se retirer de l'accord sur le nucléaire et les États-Unis «regretteront» une telle décision, a affirmé le président du parlement iranien, Ali Larijani.

    L'Iran possède un plan d'action à suivre si les États-Unis décident de quitter l'accord sur son programme nucléaire.

    «Oui, nous avons un plan… Notre parlement vient d'approuver les démarches à suivre en fonction des décisions que prendront les Américains», a-t-il indiqué, répondant à la question de savoir si l'Iran était prêt à un éventuel retrait de Washington de l'accord sur le nucléaire.

    «Nous prendrons des mesures que les États-Unis vont regretter», a-t-il souligné lors d'une session de l'Union interparlementaire (UIP) à Saint-Pétersbourg, faisant remarquer que le plan iranien prévoyait différents scénarios.

    Les autorités américaines ont récemment rendu publique leur nouvelle stratégie prévoyant, entre autres, la collaboration avec d'autres pays, ce qui permettrait de «neutraliser l'influence déstabilisante du gouvernement iranien et prévenir une agression, en particulier en ce qui concerne le soutien au terrorisme et aux terroristes», notait un communiqué de la Maison-Blanche.

    Le Président américain Donald Trump avait précédemment annoncé la «non-certification» des engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire sans pour autant mettre en doute le respect des ententes par Téhéran au niveau international. En outre, il a incité le Congrès à durcir les conditions de l'accord et a dit que Washington introduirait de nouvelles sanctions contre Téhéran pour son soutien au terrorisme. En réaction à ces propos, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a indiqué que l'Iran pourrait envisager son retrait du Plan global d'action conjoint.

    Le Plan global d'action conjoint est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies: les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne), ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2017) (60)

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Tags:
    réaction, accord, retrait, sanctions, programme nucléaire iranien, présidence américaine, Union interparlementaire (UIP), Donald Trump, Ali Larijani, Saint-Pétersbourg, Washington, États-Unis, Téhéran, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik